A la dérive

Avis sur Martha Marcy May Marlene

Avatar K1000
Critique publiée par le

Une ferme isolée dans les Catskills, un groupe d'hommes dînant, sans un mot, réunis autour de leur chef, un groupe de femmes attendant dans les marches d'un escalier leur tour dans la cuisine, une atmosphère en apparence calme et silencieuse qui ne fait que dissimuler une violence sourde...Corps et esprits assujettis dans une même folie collective...Martha s'échappe de sa prison...Telles sont les premières images du film qui, d'emblée, à la fois fascinent et glacent le spectateur.
Le film repose sur une dualité remarquable, un va et vient incessant entre deux mondes, la ferme isolée et la maison de la soeur, entre les souvenirs cauchemardesques et le réel, entre deux identités, l'une niée par la secte, l'autre haïe, refoulée. Aussi la mise en scène est-elle tout en clair-obscur, où le soleil perce de ses rayons les ombres des arbres, à l'image de son héroïne (troublante Elizabeth Olsen) tourmentée par des élans contraires, tantôt pleine de retenue, pudique, tantôt violente, égarée.
Une tel égarement de l'esprit, une telle soumission de l'être, que le réalisateur montre sans jamais caricaturer, avec une certaine simplicité, dérangent profondément.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 337 fois
7 apprécient

Autres actions de K1000 Martha Marcy May Marlene