👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Si au cours des années 70, le cinéma (avec le Nouvel Hollywood), la musique ont su montrer la face cachée du géant américain, on pense tout de suite aux mythes sur le Vietnam (Voyage au bout de l'enfer, Taxi Driver), sur les miséreux (Panique à Needle Park, Midnight Cowboy) ou toute sorte de crise sociale (All the presidents men), racisme (in the heat of night), aucuns n'a mis en lumière la folie, la population que l'on ne connaît pas, celle de l'Amérique profonde. Au milieu d'une campagne, sous un soleil de plomb, règne le mal. Pas question de racisme, de sadisme ou de simple meurtre, nous avons à faire ici à la folie pure et dure.
S'il est relié au nouvel hollywood par sa date de sortie etc, il n'est en rien en accord avec son temps, même si les slashers et autres films gores commencait à apparaître.Texas Chainsaw Massacre est une véritable expérience, ça ne fait pas peur, la sensation que l'on ressent en regardant cette chose est bien plus compliqué. Elle provient plus de la crainte, la gêne. On est effrayé que cela existe. Nous aimerions que tout cela ne soit que rêve ou illusions. Là est tout sa force, un film sans budget, des acteurs qui n'ont pas l'air d'en être. On se dit qu'on est bien en France, loin des grandes routes au milieu de nulle part.
On en oublierait presque que ce film a une très belle photographie, des couleurs, le grain de la pellicule, les années 70. Le vilain petit canard de l'empire américain est bien plus qu'un film d'horreur simple, c'est LE film qui n'a aucune équivalence. Le truc bizarre, un Saturne de Goya, sombre et terrifiant, la relique.
1h25? Dès lors où l'auto stopper rentre dans le vanne, les minutes passent 2 fois moins vite, puis lorsque le premier jeune se fait fracasser le crâne, là on est sur une longueur de péplum. Suffocant, interminable. Mais c'est passionnant, horriblement passionnant. Le tout premier plan (cimetière) est fabuleux, un des plus marquants certainement que ce bon vieux cinéma peut nous offrir, tout comme le dernier, où notre cher ami valse au soleil levant avec sa tendre machine. Puis stop, le silence après les sons aiguës et mécanique, le calme après le maelström, la fin parfaite, aussi brutale que les longues minutes qu'elle vient interrompre.
Bref, c'est bien mieux ou bien pire, que ce que vous pouvez imaginer.
This is not an Halloween movie

Primoooo
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 mois

Massacre à la tronçonneuse
Pravda
10

Massacre trop sonore

Je ne vous cacherai pas que la première utilité de cet avis est de permettre à la fan inconditionnelle de ce film que je suis de dire "J'ai vu Massacre à la tronçonneuse sur grand écran, wouhou !"...

Lire la critique

il y a 7 ans

102 j'aime

30

Massacre à la tronçonneuse
SanFelice
8

Abattoir blues

Contrairement aux autres films cultes du genre, qui sont tous plus ou moins surestimés (Cannibal Holocaust, L'Exorciste ou Evil Dead), ce classique reste toujours terriblement efficace. Dès les...

Lire la critique

il y a 9 ans

99 j'aime

21

Massacre à la tronçonneuse
DjeeVanCleef
9

Tronche-de-cuir

La première fois que j'ai vu Massacre à la tronçonneuse, c'était en K7 vidéo. La bande magnétique était presque devenue transparente suite aux visionnages successifs. Du coup, j'ai longtemps vécu...

Lire la critique

il y a 7 ans

95 j'aime

17

Le Septième Sceau
Primoooo
9

Échec et Mort

Ma première introduction au cinéma du grand Ingmar. Tout simplement. Sa filmographie semblant provenir d'un autre univers, trop de chefs-d'oeuvre, trop d'histoire différentes, trop de thèmes...

Lire la critique

il y a 9 mois

2 j'aime

The Kinks Are the Village Green Preservation Society
Primoooo
10

The village green ou la mélancolie d'un génie anglais

En tant qu'immense fan des Quatre garçons dans le vent venu de Muswell Hill, il m'est difficile de trouver des points négatifs à leur fameux Village Green Preservation Society, leur grand point...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

Only God Forgives
Primoooo
6

He raped and kill a 16 year old girl - Well, i'm sure he had his reasons

Only god forgives, ou Ryan Gosling moins omniprésent que dans Drive vs le policier ultra violent qui pourrait torturer un type sur une chaise tout en faisant son karaoké. Un Reservoir Dogs Michael...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime