L'adolescence en fuite

Avis sur Mean Dreams

Avatar 6nezfil
Critique publiée par le

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2016 et programmé initialement ce printemps, Mean Dreams n'a toujours pas été distribué en France. Peut-être parce qu'il ne répond pas à l'idée d'un thriller, qu'il n'est pas tout à fait, et qu'il dépasse la simple chronique du passage à l'âge adulte. Bref, difficile à entrer dans une case déterminée. Si on le devait lui trouver des influences, ce serait celle de films américains des années 70 ou 80, du style La balade sauvage de Terrence Malick, par exemple. Un film d'atmosphère, de l'adolescence en fuite mais toujours rattrapée par des adultes censés représenter le mal face à l'innocence, certes pervertie. C'est aussi la découverte du monde et des possibles pour des jeunes gens qui réalisent que être deux est aussi une aventure. Hymne à la nature, celle de l'été indien en Ontario, le deuxième film du canadien Nathan Morlando s'épanouit dans la douceur et la tension, un peu moins dans la violence. Mean Dreams joue de sa linéarité et de sa simplicité d'écriture, malgré quelques raccourcis hasardeux. Ses deux acteurs principaux sont un peu tendres mais ils donnent une certaine fragilité à leurs personnages. Quant au regretté Bill Paxton, il excelle dans un rôle de vilain père abusif.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1044 fois
4 apprécient

Autres actions de 6nezfil Mean Dreams