La solitude d'un coureur de fond

Avis sur Midnight Runner

Avatar 6nezfil
Critique publiée par le

Cet homme restera un mystère même si l'affiche de Midnight Runner, et le long-métrage lui-même, optent pour la schizophrénie. Son véritable nom est bien connu en Suisse mais le film a choisi de l'appeler Jonas Widmer pour des raisons judiciaires aisément compréhensibles. Avant d'être lancé sur les écrans d'Helvétie, Midnight Runner a fait l'objet d'une projection-test dont les remarques ont nettement modifié son montage avec notamment une vingtaine de minutes rabotées sur la durée initiale et une plus large place consacrée au frère disparu ([spoiler]suicidé[/spoiler]) de Jonas. Coureur talentueux, cuisinier [spoiler]et criminel[/spoiler], le portrait de cet antihéros est complexe et le film se garde bien de donner des explications psychologiques avérées à son cas. Cette neutralité (suisse) n'est pas en soi un défaut mais l'aspect purement factuel de l'intrigue et son déroulement uniquement vu du côté du protagoniste principal dessinent les limites de ce premier film de Hannes Baumgartner qui, jusqu'à preuve du contraire, n'a pas (encore) la science clinique d'un Michael Haneke. Ceci dit, Max Hubacher, dans ce rôle ingrat qui le fait figurer presque constamment à l'écran, livre une composition intense et impressionnante. Il est le meilleur atout de Midnight Runner, ce triste requiem autour de la solitude et les pulsions d'un coureur de fond.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 213 fois
5 apprécient

6nezfil a ajouté ce film à 1 liste Midnight Runner

  • Films
    Cover Au fil(m) de 2020

    Au fil(m) de 2020

    Et c'est reparti pour une nouvelle année. Figureront ici des films sortis en 2020, le plus souvent vus dans les salles et...

Autres actions de 6nezfil Midnight Runner