👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Mon premier Woody Allen, et on me dit que ça ressemble pas du tout à un Woody Allen. Au moins ça me laisse espérer le meilleur pour ses autres films, parce que celui-ci est assez mauvais.
Les dialogues sont d'une fadeur incroyable, les situations un peu clichées, les personnages parfois agaçants, la tournure des événements trop faciles, la photographie est au final trop cloitrée, l'humour semble malvenu, c'est pas assez magique, c'est pas assez envoutant, et la "morale" nous est atrocement lancée à la figure à la fin.

Et c'est dommage. C'est tellement dommage.
Sans en révéler sur le film, disons qu'il surprend sur le voyage entrepris par le protagoniste, qui n'est révélée ni dans les synopsis ni les bandes annonces. On nous dépeint le portrait d'un Paris magnifié, édulcoré et resplendissant de la grandeur de sa réputation intemporelle. Sans nous montrer les imperfections, la réalité sale et ennuyeuse, on nous amène dans la beauté de l'illusion, l'image fictionelle du Paris des artistes, des poètes, des romantiques, celle qui érige Paris au rang de plus belle ville du monde.
Mais le film ne se concentre pas sur ça. A la place, le film prend le chemin facile d'une morale niaise et d'une histoire d'amour trop simple et passe à côté du film que Woody Allen aurait du faire : l'amour d'une ville et de son histoire au travers des romans qui la dépeignent, des peintures qui la représente et des vies qui s'y sont écoulées. La beauté d'une illusion appartenant à l'imaginaire collectif et l'apprentissage personnel qu'on peut faire d'une histoire, quand bien même elle soit fausse.

Le film est beau, la musique est appropriée au ton, mais le film manque de cette magie poétique qui font de certains réalisateurs des génies, un génie qui manque cruellement à Woody Allen.

Ce film m'aura au moins donné le plaisir d'en avoir imaginé un meilleur, qu'il aurait du faire...
Mais l'idée est là. A peine murmurée.. au lieu d'être gaiement jouée au piano sur un air de Cole Porter, dans une ambiance surréaliste...
TheMidgarian
4
Écrit par

il y a 11 ans

1 j'aime

Minuit à Paris
Docteur_Jivago
8

♪♫ Et Paris qui bat la mesure ♪♫

C'est au cœur d'un Paris romantique que nous entraîne Woody Allen avec son quarante-deuxième film Minuit à Paris. Ambitieux, il nous fait suivre un jeune couple américain qui se rend dans la capitale...

Lire la critique

il y a 7 ans

54 j'aime

34

Minuit à Paris
Aurea
6

Paris ne vaut pas qu'une messe!

Oui, les cinq premières minutes sur la musique de Sidney Bechet sont enchanteresses et le beau Paris, celui de l'argent et du luxe superbement filmé, mais Owen Wilson, calque parfait du cinéaste,...

Lire la critique

il y a 11 ans

51 j'aime

37

Minuit à Paris
Grard_Rocher
8

Critique de Minuit à Paris par Gérard_Rocher

Gil et Inez, sur le point de se passer la bague au doigt, arrivent des Etats-unis en compagnie des parents de la jeune fille pour un court séjour à Paris. Inez et ses parents fortunés, républicains...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

22

Mega Shark vs. Giant Octopus
TheMidgarian
9

Critique de Mega Shark vs. Giant Octopus par TheMidgarian

Mais comment vous pouvez lyncher ce film, sérieusement. Il y a un requin qui attaque un avion en vol. Il y a une équipe de bras cassés qui mélange des fioles colorées pour s'extasier devant des...

Lire la critique

il y a 11 ans

56 j'aime

2

Portal 2
TheMidgarian
4
Portal 2

One word – "Potato"

Rappelez vous Portal. Une annonce presque passée inaperçue, comprise dans un pack de jeux bien plus attendus. Un concept intriguant, une expérience courte. Un jeu qui marque son époque et restera...

Lire la critique

il y a 11 ans

44 j'aime

42

2001 : L'Odyssée de l'espace
TheMidgarian
5

Critique de 2001 : L'Odyssée de l'espace par TheMidgarian

Critique exempte de la lecture de la nouvelle d'origine, pour ce que ça importe. Ce film est indiscutablement un chef d'œuvre de science fiction et de cinématographie. Il aborde bien des thèmes et...

Lire la critique

il y a 11 ans

36 j'aime

20