"Fallout", "McQuarrie"ment bien !!

Avis sur Mission : Impossible - Fallout

Avatar L_Otaku_Sensei
Critique publiée par le

"Agent Otaku, votre mission si vous l'acceptez consiste à rédiger une critique du dernier film de la saga "Mission Impossible", "Fallout" (...) faîtes attention, ce message ne sera pas rediffusé et s'autodétruira dans 5 secondes.........BOUM ! "
694 millions de $ rapportés par "Protocole Fantôme" en 2011 et encore 682 millions de $ engrangés par "Rogue Nation" en 2015, avec de telles recettes au box office mondial, il était évident que la saga "Mission Impossible" était bien loin de se terminer et que la Paramount et "Bad Robot Production" allaient rapidement mettre en chantier un "Mission Impossible 6" !
Pour moi, "Mission Impossible" est un exemple type de saga qui au fil du temps n'a cessée de s'améliorer, de se bonifier et de gagner en assurance,en consistance en qualité d'action et de mise en scène et en identité à travers les différents visages et les esthétiques variées, les styles visuels et narratifs propres des différents réalisateurs qui se sont succédé aux commandes; de l'ambiance des vieux James Bond avec Sean Connery des années 60 où le Thriller Hitchcockien côtoyait le film d'action à la John McTiernan des années 80 chez Brian DePalma ("Carrie au bal du Diable" en 1976, "Scarface" en 1893, "L'impasse" en 1993) à ses débuts en passant successivement par la suite aux mains de John Woo ("Le Syndicat du Crime" en 1986, "A toute épreuve" en 1992), J.J Abrams ("Super 8" en 2011; "Star Wars: Le réveil de la Force" en 2015), du génie de l'animation Brad Bird, papa du "Géant de Fer" (1998), "Les Indestructibles" (2004) et "Ratatouille" (2007) chez Disney Pixar qui réussi avec brio son premier coup en prises de vues réelles, puis pour enfin terminer entre les mains du réalisateur de "Jack Reacher" (2012) et scénariste d' "Usual Suspect" de Bryan Singer (1995), Christopher McQuarrie !
Un premier volet globalement bon mais quand même bien vieillot, un deuxième bon (je comprends pas vraiment pourquoi il est considéré comme mauvais d'ailleurs ^^), un 3ème très bon, un 4ème excellent et qui reste encore à ce jour le meilleur volet de toute la saga, et enfin un 5ème en dessous de "Protocol Fantôme" mais encore très réussi; depuis "Mission Impossible III" (2006), la saga a su complètement trouver son équilibre et sa structure optimale de croisière tout en sachant s'ouvrir et accueillir l'empreinte personnelle de plusieurs metteurs en scène différents...enfin, différents jusqu'à maintenant ^^. "Mission Impossible: Fallout", 6ème volet de la saga "MI" adapté/rebooté de la série télé éponyme de Bruce Geller (1966-1973), suite de "Rogue Nation" (2015), toujours réalisé par Christopher McQuarrie déjà à la réalisation du précédent, nous entraîne dans la suite des aventures d'Ethan Hunt et de l'équipe de MI.

2 ans après les événements de "Rogue Nation", l'arrestation de Salomon Lane et le démantèlement du Syndicat, Ethan reçoit une nouvelle mission des plus périlleuses. Le Syndicat s'est reformé et désormais, ses membres commettent des actes terroristes dans le monde sous le nom des "Apôtres" en collaboration avec le Dr Nils Debruuk, spécialisé dans la fabrication d'armes nucléaires. Lorsque Hunt, accompagné de Benji et Luther, échoue dans l'interception des 3 bombes de plutonium remises aux Apôtres, c'est une véritable course contre la montre qui commence pour les agents de "Mission Impossible" qui devront tout mettre en oeuvre, de Paris à Londres, jusqu'à Cachemire pour récupérer le plutonium avant qu'il ne soit trop tard et déjouer l'effroyable plan de Lane et de ses Apôtres. Mais le danger est partout et surtout, les agissements de la CIA semblent louches. A qui se fier, en qui avoir confiance ? Hunt et son équipe arriveront ils à démasquer les Apôtres et à stopper les agissements de Salmon Lane ? Ami ou ennemi ? Ethan devra se démener pour démêler le vrai du faux, entre l'agent Agust Walker, le retour d'Ilsa Faust qui semble elle aussi avoir ses raisons de poursuivre Lane...jusqu'à lui même être suspecté !!

Voilà pour le pitch global.

Verdict : C'est une première dans l'histoire de la saga "Mission Impossible", la première fois en 22 ans d'existence qu'il y a une entorse à la règle; c'est la première fois qu'un même réalisateur demeure pour réaliser un deuxième opus.
Là était un peu ma seule crainte fondée envers ce "Mission Impossible 6", avoir un même réalisateur me laissais craindre une redondance scénaristique et visuelle, une absence de prise de risque et la disparition de l'effet de surprise qui faisait l'impatience et la curiosité qu'on éprouvait auparavant lorsqu'il s'agissait de découvrir un nouveau volet de la saga d'espionnage. Cependant mes craintes ont très vite été balayées, emportés lorsque les critiques US sont tombées : dithyrambiques !! Les critiques méga élogieuses sont pleinement justifiées, "Fallout" est encore une fois très bon et titille même la mention excellent. McQuarrie revient avec ce nouveau volet dopé, survolté ! Attendu au tournant, le réalisateur de "Rogue Nation" (2015) n'a pas fait la moindre erreur et met les bouchées doubles pour une suite encore meilleure que le précédent ! McQuarrie s'est amélioré sur ce 6ème opus, mieux encore, on ne sent pas du tout de la redite mais que le réalisateur a fait très sérieusement attention à ne pas se reposer sur ses lauriers et à élargir son arsenal, c'est la recherche et l'effort qui transparaissent. Au delà du fait d'être le premier réalisateur de 2 MI, le réalisateur relève un double défi puisque "Fallout" est une vraie suite de "Rogue Nation" !
Cette fois, McQuarrie et la Paramount visent plus haut, plus ambitieux, avec une durée beaucoup plus longue que d'habitude de 2h28 et un budget record de 178 millions de $ alors que la moyenne des précédents depuis le III tournait autour des 145-150 millions.
Le scénario globalement classique de "Fallout" se révélera par la suite complètement imprévisible, sombre, brutal et plein de tension, dont les enjeux donneront une magnifique portée parabolique extrêmement intelligente !

C'est frappant dès les premières minutes, dès la mention du groupe terroriste les "Apôtres", Christopher McQuarrie nous met sur une piste que l'on ne va plus quitter, celle d'une évidente transposition directe des Evangiles Chrétiens et des Douze Apôtres dans la Bible ! Dans la Bible, les Apôtres sont les disciples du Christ; donc ici, le récit peut facilement amener à penser que Salomon Lane cherche en quelque sorte à se rapprocher allégoriquement de Dieu. Et ce n'est surtout pas un hasard si le méchant en question a été nommé Salomon, car à travers l'antagoniste de "Fallout", le réalisateur fait bien évidemment le rapprochement avec le roi d'Israel, fils de David, ayant régné de 970 av J.C à 931 av J.C dans les religions chrétiennes et judaïques et dont le nom hébreu signifie "Paix" (d'ou le "Plus grande est la souffrance, plus grande est la paix" ^^). Sans aller trop loin et sans vouloir prendre le risque de profaner, je pense sincèrement qu'il y a beaucoup à creuser et que le scénario de "Fallout" et bourré de sous textes religieux dans ce genre; c'est ce qui permet très efficacement à "MI 6" d'éviter de se retrouver dos au mur acculé par les standards de la saga qui pourrait se retourner contre lui.

En plus de réussir à faire émerger une immense dimension sous textuelle religieux sous-jacente, McQuarrie offre des scènes d'action absolument époustouflantes,

la poursuite en moto dans Paris et surtout la scène finale de la poursuite en hélicoptère dans le ciel au dessus des sommets de Cachemire (!)

dans un crescendo constant ou le temps mort est définitivement aboli ! Que ce soit dans de larges plans généraux ou dans les gros plans sur les acteurs, la force de McQuarrie avec cette opus est d'arriver tout bonnement à générer verbalement-visuellement une tension consistante, à transformer le prévisible en imprévisible à nous faire douter.
Du haut de ses 56 ans, notre Tom Cruise toujours dans le rôle d'Ethan Hunt, garde une forme olympique. On pourrait avoir peur que l'acteur commence à se faire un peu trop vieux pour être badass....il n'en est rien, l'acteur d' "Eyes Wide Shut" (1999), "La Guerre des Mondes" (2005) et "Edge of Tomorrow" (2014) est encore solide comme un chêne et, d'ici à ce qu'il commence à fatiguer, il peu au moins faire encore trois "Mission Impossible". Face à Tom "Hunt" Cruise, Henry "Superman" Cavil, qui se révèle pour la première fois dans un film d'action espionnage et démontre qu'il est tout à fait capable d'exister autrement qu'à travers le super héros emblématique de DC Comics (et au vu de "Justice League"....ça vaut mieux ^^), ...le "moustache power" XD !
C'est donc une très grande réussite que ce "Mission Impossible: Fallout", déjà le 6ème volet de cette saga qui maintient une qualité exceptionnelle et nous offre du grand cinéma d'action ! Toujours pas au niveau du "Protocol Fantôme" de Brad Bird (2011) pour moi mais le second meilleur volet, vivement le suivant !!
Par contre, même si C.McQuarrie a fournit un travail assez irréprochable, je souhaite qu'il laisse sa place à un autre réalisateur pour un éventuel (mais quasi sûr ^^) "Mission Impossible 7"; je rêverais d'un opus réalisé par Matthew Vaughn ("Kick Ass", "Kingsman", "X-Men: le Commencement"), Gareth Evans ("The raid"), James Wan ("Fast and Furious 7") ou encore Nolan !!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 358 fois
25 apprécient · 2 n'apprécient pas

L_Otaku_Sensei a ajouté ce film à 5 listes Mission : Impossible - Fallout

Autres actions de L_Otaku_Sensei Mission : Impossible - Fallout