Images et reconstitution grandioses sont les seuls atouts de ce remake live dispensable et hésitant.

Avis sur Mulan

Avatar Rémy Fiers
Critique publiée par le

Disney continue donc sa frénésie - commercialement très juteuse - de remakes de ses classiques de l’animation en prises de vues réelles. Le choix concernant « Mulan » de rendre cette nouvelle version plus adulte au vu du sujet était louable mais force est de constater que si l’intention était intéressante, le résultat se révèle tout autre. Clairement, cette version a le cul entre deux chaises hésitant constamment entre film familial voire enfantin et visible par tous et blockbuster adulte. En ne choisissant jamais, le spectateur se retrouve face à un produit hybride peu convaincant. Le scénario occulte les personnages irréels et drôles comme le dragon Mushu mais garde tout de même certains aspects fantastiques sans que l’on saisisse bien le bienfondé de ces choix. Et cette grosse production de potentialiser sur des scènes de combat et d’aventures grand spectacle ainsi que sur un récit d’émancipation à la sauce féminine quelque peu opportuniste en 2020 avec le contexte #metoo.

Devant ce très couteux film, il est clair que l’on se pâme devant les images somptueuses enrobées dans des décors qui le sont tout autant. Mais aussi devant des décors et des costumes dantesques où le souci du détail ravira les fans de reconstitution opulentes et flatteuses pour la rétine. Les batailles sont également impressionnantes par leur ampleur et servies par des effets spéciaux dernier cri très réussis, nous rappelant aux grandes heures de « Tigre et dragon ». Niveau visuel, il n’y a donc rien à redire, c’est de l’or en barres et tout comme « La Belle et la Bête » ou « Alice au pays des merveilles », on voit où tout à fait où le budget est passé. Cependant on est loin de la réussite technique des deux meilleurs films de ce type depuis que Disney a commencé à actualiser les dessins animés de notre enfance : « Le Livre de la jungle » et « Le Roi Lion », des remakes qui avaient pour eux une maestria technique folle et un côté naïf moins prégnant. Et surtout, qui se passaient d’acteurs (et de niaiseries) pour se focaliser sur la forme avec réussite.

Du coup, presque deux heures durant, on regarde toute cette richesse visuelle avec une certaine distanciation car « Mulan » ne possède guère d’autres qualités. L’émotion est aux abonnées absentes, les dialogues sont d’une pauvreté rare et les enjeux s’avèrent prévisibles et presque mécaniques. La méchante sorcière est le personnage le plus intéressant mais malheureusement pas le plus mis en avant. L’humour n’est plus et le sérieux tout comme le premier degré de l’ensemble plombent ce qui aurait pu être un torrent de cascades et de péripéties au second degré. Mais on est chez Disney et le formatage artistique, accentué par une production voulant plaire à tous (public chinois y compris), finit par ne plus plaire à grand monde et a raison du projet. On s’ennuierait presque devant tant de faste enrobant du vide. Bref, ce n’est pas cette chinoiserie un peu clichée à 200 millions de dollars qui va qualitativement fédérer le public. Au contraire…

Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 15 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Rémy Fiers Mulan