une fausse comédie

Avis sur My Girl

Avatar ollymovics
Critique publiée par le

spoilers

My girl est un film qui sort dans les sales en 1991.
Un des acteurs principaux n'est autre que Macaulay Culkin.
On comprend donc aisément que les producteurs veulent surfer sur la vague de l'énorme succès du film Home alone qui a érigé le meilleur ami de Michael Jackson au rang de super star.
C'est d'ailleurs son nom à l'affiche qui m'a motivé à aller voir ce film, étant fan alors de l'acteur.
Il avait 11 ans, moi 9, et beaucoup nous trouvaient une certaine ressemblance.
Voilà pour le chapitre identification.

Contrairement à ce que la présence du jeune Macaulay et ce que l'affiche veulent nous faire croire, My girl n'est qu'un comédie.
D'où mon titre.
Certes, le ton du genre est maintenu pendant une bonne partie de film, et l'endort même un petit peu au milieu de la pellicule, mais le fond de l'histoire est plus dramatique que ce qu'on est en mesure d'attendre.

Et pourtant, quelques indices dissimulés ça et là sont bien présents pour nous en avertir.
Dés le début de l'histoire, on apprend que l'héroïne est touchée par un deuil, celui de sa mère décédée qu'elle n'a pas connue.
Pire, elle se croit responsable du décès de cette dernière car elle est morte tout juste deux semaines après sa naissance.
Le père de l'héroïne tient une entreprise de pompes funèbres au sous sol de leur habitation.
Il existe des contextes plus gais pour une fille de 11 ans.
Voir des cadavres n'est pas chose rarissime pour elle.
La jeune fille en est devenue hypocondriaque, chose peu courante à son âge.
La grand-mère sénile vient ajouter son grain de sel à l'histoire.

Les éléments de dramaturgiques ne manquent pas, mais ils ne sont pas traités comme il devrait, car l'accent n'est pas mis dessus.
Le film ne se veut pas pesant, l'atmosphère reste légère, sans doute pour contraster avec les 20 très belles dernières minutes du film.

Aspect intéressant du film, l'héroïne est amoureuse de son professeur, et s'évertue à le séduire, pour de bon.
Elle est sincèrement convaincue d'y parvenir.
On comprend que cet enfant ressent un réel besoin de grandir sans pour autant comprendre le fonctionnement des adultes.
Elle est comme coincée entre deux âges.
Et pour y contraster, le film la met en scène le plus souvent avec son ami masculin, Macaulay, qui lui transpire toute la candeur qu'un enfant de cet âge doit avoir.
Les deux compagnons scellent des pactes au travers de leurs promesses, en gage d'une amitié exclusive.
Ils sont les seuls à se comprendre mutuellement, et veulent graver cela en s'échangeant une goute de sang ou encore de la salive.

Les 20 dernières minutes sont les plus fortes et les plus intéressantes cinématographiquement.
Paradoxalement, ce sont celles où l'amitié qui lient les deux enfants prend fin.
Macaulay meurt, piqué par des abeilles, alors qu'il était partir rechercher la bague perdue de son amie.
Sa mort tombe comme un couperet, bien qu'on le savait allergique à toutes sortes de choses et que les abeilles ont été annoncées plutôt dans l'histoire, cela a donc pour effet de surprendre le spectateur et de le plonger là où il ne pouvait s'y attendre.

L'émotion est réelle.
J'avais la gorge nouée lorsque Dan Akroyd a la lourde tâche d'annoncer à sa fille, l'héroïne de l'histoire, que son ami est décédé.
La détresse de la pré-adolescente est plus que palpable.
Un nouveau deuil s'impose à elle.

Le film se termine sur une note tout de même optimiste.
La jeune fille comprend qu'un amour avec son prof ne peut être que chimères, et accepte de vivre avec l'idée que son ami est mort.
Elle a compris également qu'elle n'était nullement responsable de la mort de sa mère.
C'est dans le dénouement qu'on assiste à ce qui est sans doute la plus belle scène du film.
La mère de Macaulay rend la bague à la petite fille, qui du coup la passe à son doigt.
Cette fois, c'est un pacte d'amour qui est symboliquement passé, ainsi qu'une promesse tenue, en référence aux derniers mots qu'ils se sont échangés la toute dernière fois qu'ils se sont vus.
Elle l'avait assuré que si ça ne marchait pas entre elle et son professeur elle accepterait de se marier avec Macaulay, alors son ami.
La jeune fille qui autrefois ne comprenait pas pourquoi les adultes se mariaient, y a trouvé alors un sens.

My girl est donc un fort bon film, mas pas un grand film car il souffre d'un réel parti pris, d'une prise de position réelle de la part du réalisateur.
Un choix n'a pas été fait entre la comédie et le drame pur.
C'est une comédie dramatique, mais mal équilibrée.
Il y avait potentiel à monter un vrai chef d'oeuvre, le scénario en avait la consistance.
Cela étant, si ce film s'adresse à un public d'enfants, il est parfait à cet effet et mérite un bon 9/10.
Mais aujourd'hui j'ai 31 ans, je le vois avec les yeux d'un ancien Macaulay qui a grandi.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1103 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de ollymovics My Girl