Gadin onirique

Avis sur Ne t'endors pas

Avatar MenaceCuir
Critique publiée par le

Vu en vost.

Before I Wake. Dans mon insatiable quête de films d'horreurs et de frissons, je suis tombé sur ce long-métrage au synopsis classique mais prometteur: et si les rêves devenaient réels? Enfin ce qui m'intéresse là-dedans c'est plutôt le "et si les CAUCHEMARS devenaient réels?

Before I Wake nous conte l'histoire d'un couple, Jessie et Mark, incarnés respectivement par Kate Bosworth et Thomas Jane qui ont perdu leur enfant, décédé dans des circonstances tragiques. Des années après le drame, toujours marqués, Madame fréquente d'ailleurs un groupe de discussion animé par le sympathique Jay Karnes, (Dutch Wagenbach de The Shield!), le couple décide d'aller de l'avant et d'adopter un petit garçon dénommé Cody. Ce dernier (dont il faut d'ailleurs souligner le jeu extraordinaire de son tout jeune interprète, Jacob Tremblay) se montre très poli, très gentil et cultivé, bref, la crème du gosse. Malheureusement c'est sans compter une grosse particularité: quand le bambin s'endort, ses rêves se matérialisent...
Jessie et Mark, d'abord émerveillés par ce don hors du commun vont finir par rapidement déchanter....

Before I Wake se montre très solide et appliqué, dans sa première heure du moins: rythmé, maitrisé, il ne fait pas languir le spectateur sans non plus l’assommer de jump scare toutes les trente secondes. Le gosse est au courant de son don, ce qui est très agréable: pas besoin de se coltiner la fameuse scène de la découverte de cette faculté, il sait qu'il l'a, il fait de son mieux pour le maitriser, ce qui le rend attachant. Il reste cependant un petit garçon et n'hésitera pas à s'en servir de son plein gré si cela peut lui être utile.

Jessie et Mark acceptent rapidement que leur garçon adoptif a un don, ça fait plaisir: nous n'auront pas droit non plus à quinze scènes du style "non, non, il ne s'est rien passé". Toujours fragilisée, Jessie va être tentée de se servir de ce pouvoir à son avantage, ce qui va être lourd de conséquences...

Croque chaussette:

En terme de personnage, celui à qui on s'identifie le plus est sans conteste Mark, incarné par un Thomas Jane aux faux airs d'Aragorn particulièrement impliqué dans son rôle de père meurtri mais qui garde la tête sur les épaules. Loin de vouloir profiter de Cody, il veut au contraire un nouveau départ, là où au contraire sa femme reste accroché au passé.

Before I Wake bénéficie d'excellentes idées et se montre très bien réalisé, malheureusement il pêche sur différents points, en plus de se prendre magistralement les pieds dans le tapis plus tard.

Dans ce qui pêche, les effets spéciaux qui vont de "fonctionnel" à "bof".
Si certaines apparitions oniriques sont assez bien représentée, d'autres font cruellement "fake", à l'instar du Canker Man, sorte de croque mitaine qui suit le gosse partout où il va, se matérialisant certaines nuits. Il reste inquiétant dans quelques scènes mais une fois mis en lumière, il perd quasiment tout son potentiel effrayant.

Autre problème, les personnages. Alors le casting est bon et l'interprétation impeccable, rien à dire là-dessus, c'est plus dans l'écriture que ça coince: certaines actions et décisions des personnages sont juste absurdes, ce qui sort par moment du film.

Oui mais non:

Enfin, passons à ce qui fâche: qu'est ce que c'est que cette fin? Si l'on peut reprocher aux films du genre fantastique/horreur de manquer d'explications, là c'est tout l'inverse! A trop vouloir tout expliquer et conclure, Before I Wake casse toute la magie: s'il ne justifie pas le don lui-même, il justifie toutes les conséquences négatives qui en découlent, toutes!!

"S'il s'est passé ceci c'est à cause de celà". "C'est parce que tu as... Que ceci est arrivé", etc, etc.

Et malgré cet abus d'explication qui prend bien cinq minutes, le film n'aborde pas les réponses les plus importantes qui devraient être dans le film!

Où se trouve Mark? Où se trouve le caïd de l'école?

Personne ne semble choqué ou interloqué par les rêves, mêmes les nombreux témoins oculaires et victimes potentielles, personne. Le film s'achève sans même développer cette question cruciale. Bon sang, on croirait suivre les personnages du dessin-animé Denver qui s'en tapent totalement de voir un dinosaure danser la gigue devant eux!

Fort dommage qu'un film aussi léché sur la forme (la majeure partie de la direction artistique, la réalisation, la musique...) se rate autant sur une partie du fond. Before I Wake n'en reste pas moins un bon petit film, divertissant et même angoissant par moment. Il fera l'affaire pour combler une soirée creuse.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 201 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de MenaceCuir Ne t'endors pas