👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)

mai 2011:

Très plaisant au départ, l'enthousiasme s'estompe un peu vers la fin. D'abord, on est frappé par l'acuité, la férocité mais surtout l'actualité du discours. Le film dénonce une dérive de la télé américaine que l'on a connu en France un peu plus tardivement, la détérioration de son usage et des ses ambitions. Network monte comment à la fin des années 70 dans les premiers temps de la crise économique, sociale et morale est née la télévision poubelle, comment l'information réelle a laissé peu à peu place à l'information spectacle, faisant appel à l'émotion plus qu'à l'intellect. Mais cette évolution n'est que le fruit mûr et naturel de la croissance basée sur la notion de consommation.

Le personnage joué par Faye Dunaway, provenant du monde de la communication n'est pas journaliste. La réalité ne l'intéresse pas, le dollar, le succès, les fruits de la compétition lui sont beaucoup plus attrayants. Réalité et profondeur des sujets comme des sentiments semblent lui échapper. Inaccessibles. Comme elle dit : "je ne sais pas comment faire". Nous ne sommes plus à l'aube d'une société ultra individualiste, mais en plein cœur.

Quand le grand patron de la chaîne télévisée (Ned Beatty) évoque le monde tel qu'il le conçoit à Peter Finch, il ne fait que décrire la mondialisation, mais il le fait avec une fièvre et une exaltation aussi délirantes que celle du prophète auquel il s'adresse : scène hallucinante où deux mabouls discutent du monde dans lequel ils croient vivre.

Le film pousse la logique jusqu'à l'absurde. Un peu trop caricatural à la toute fin, quand des patrons de media discutent librement, simplement de l'assassinat d'un pion gênant. Le cynisme des personnages les dépeint si dépersonnalisés que leur folie apparait démesurée et presque irréelle, alors que ce que craignait alors Sidney Lumet a réellement lieu. La trash-TV, la téléréalité, TF1, jouent avec des concepts ancrés dans une réalité d'apparat, en fait totalement déshumanisés où la profondeur d'âme n'a strictement aucune audience, seul le "temps de cerveau disponible" constitue un intérêt. Pas de sentiment, pas d'amour, pas de respect, seul les parts de marché comptent.

Il y a quelque chose dans l'horloge du monde des hommes qui ne tourne pas rond. Le film est comme un mauvais augure, un compte à rebours que les gens ne veulent pas voir, ni entendre. Profitons du vide de nos vies avant de mourir. Cynisme et nihilisme. La quête de sens ne fait pas le poids devant le dieu dollar. La démonstration est ici d'une éloquence jusqu'au boutiste et échappe de peu à l'analyse fine et pesée. Dommage que la caricature prenne le dessus sur le fond à la fin du film.

Peut-être que le scénario très explicatif et discursif, fait de monologues qui se répondent sans trop s'écouter (m'enfin, dans un monde d'individualisme forcené, c'est bien obligé), fait apparaitre le film comme un truc artificiel en fin de compte.

Le jeu parfois trop outrancier de Faye Dunaway précipite-t-il quelque peu cette sensation? Possible. William Holden par contre réussit à rester un peu plus mesuré. Il est vrai que le personnage hystérique de "nymphomane de l'audimat" que joue l'actrice peut l'inviter à pareille montées orgasmiques.

Même s'il en fait un peu trop, le film demeure une diatribe puissante, les traits portent avec force.
Alligator
6
Écrit par

il y a 9 ans

8 j'aime

2 commentaires

Network - Main basse sur la TV
Hypérion
9

Dystopie immédiate

Network est un grand film. Non pas gigantesque, boursouflé de sa propre importance. Grand. Sec, taillé à coups de serpe chirurgicaux. Que du nerf et des tripes, pas de chair inutile, pas de gras...

Lire la critique

il y a 8 ans

95 j'aime

3

Network - Main basse sur la TV
Sergent_Pepper
7

Odieuse audience

Pamphlet sans concession sur la télévision, Network a un premier mérite, celui de son année de production. En 1977, les coulisses qu’il donne à voir sont encore peu connues du public, et font l’effet...

Lire la critique

il y a 8 ans

80 j'aime

5

Network - Main basse sur la TV
Kalian
10

She's television generation. She learned life from Bugs Bunny.

Je pourrais palabrer pendant des paragraphes entiers sur ce film, tenter d'expliquer la virtuosité à toute épreuve de sa réalisation, m'extasier sur sa distribution qui semble sortir d'un rêve de...

Lire la critique

il y a 11 ans

70 j'aime

21

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Alligator
5

Critique de The Handmaid's Tale : La Servante écarlate par Alligator

Très excité par le sujet et intrigué par le succès aux Emmy Awards, j’avais hâte de découvrir cette série. Malheureusement, je suis très déçu par la mise en scène et par la scénarisation. Assez...

Lire la critique

il y a 4 ans

52 j'aime

16

Holy Motors
Alligator
3
Holy Motors

Critique de Holy Motors par Alligator

août 2012: "Holly motors fuck!", ai-je envie de dire en sortant de la salle. Curieux : quand j'en suis sorti j'ai trouvé la rue dans la pénombre, sans un seul lampadaire réconfortant, un peu comme...

Lire la critique

il y a 9 ans

52 j'aime

16

Sharp Objects
Alligator
9

Critique de Sharp Objects par Alligator

En règle générale, les œuvres se nourrissant ou bâtissant toute leur démonstration sur le pathos, l’enlisement, la plainte gémissante des protagonistes me les brisent menues. Il faut un sacré talent...

Lire la critique

il y a 3 ans

42 j'aime