👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

En règle générale, les œuvres se nourrissant ou bâtissant toute leur démonstration sur le pathos, l’enlisement, la plainte gémissante des protagonistes me les brisent menues. Il faut un sacré talent dans l’écriture, dans le traitement de cette histoire, avec de tels personnages brisés pour produire au final une œuvre aussi prenante.

En effet, en dépit de nombreuses scènes plutôt lentes et un montage volontiers contemplatif, la série maintient l’attention du spectateur active sur chaque épisode. Le récit est d’abord intrigant, avec cette série de meurtres bizarres, puis avec ces personnages aux comportements pour le moins étranges.

Enfin, il devient poignant à mesure que l’on progresse à découvrir le mal-être de Camille, l’héroïne jouée par Amy Adams, que j’aimais déjà énormément et qui ici me laisse pantois d’admiration. Son personnage est riche à souhait. D’une complexité, d’une profondeur qui fait plaisir à découvrir, elle offre plein de surprises au cour de la saison. L’actrice fait preuve d’une généreuse capacité à lui donner toute sorte de nuances selon les situations. Aucun excès, tout en sobriété. Voilà pourquoi sans doute le pathos ne prend pas le dessus, ne dégouline pas et n’altère en rien la finesse du portrait. J’adore ce travail. Elle est bouleversante. Admiration.

Mais, par chance, elle n’est pas la seule à féliciter dans la distribution. Impossible de ne pas applaudir la performance de Patricia Clarkson. Elle aussi ne constitue pas une surprise, loin de là. Elle aussi nous propose un personnage haut en couleurs sombres, d’une rare complexité. Et elle le fait avec exactement ce qu’il convient de folie. Le rôle est effroyable. On sent de suite qu’il y a quelque chose de malsain et cela ne se dément pas. Au contraire, elle vient, peu à peu, ajuster par petites notes la finesse de sa prestation. Ce duo d’actrices peut à lui seul être considéré comme l’attraction principale de la série.

Je voudrais toutefois souligner le remarquable travail d’écriture. La série brosse un portrait hyper glauque de l’Amérique celle dont les mentalités arriérées, dégénérées laissent la société engluée dans des univers mentaux complètement pathologiques.

Cette thématique est tellement récurrente par ailleurs qu’on pourrait croire à de la redite maladroite, à ce que cela débouche sur une lassitude de la part du téléspectateur. Or, il n’en est rien. Outre le talent des comédiens, de la direction de jeu, de la réalisation toujours très sobre et juste de Jean-Marc Vallée, je crois qu’on doit tout cela en grande partie au scénario qui prend un grand soin à décrire les situations et surtout la psychologie des personnages, combien cette petite bourgade américaine est gangrenée par les frustrations sexuelles, les rapports sociaux de domination, toutes les hypocrisies endogènes. Tout ceci est écrit avec finesse et intelligence, sans excès.

A noter qu’on évite avec habileté, ce qui est très rare dans ce type de satire sociale, à y inclure les caractéristiques religieuses de la société américaine. Pour éviter de s’y attaquer frontalement? Pour éviter les clichés sur le puritanisme WASP de l’Amérique profonde? Je ne sais.

En tout cas, les auteurs parviennent tout de même à toucher au but et à décrire un monde nauséabond en déliquescence. Écriture très efficace. C’est vraiment ce que je retiens de cette série : elle arrive à dépeindre un univers extrêmement violent et cloisonné sans jamais ennuyer, ni donner de leçon de morale. Il y a un ton très sec, direct. Elle ne se moque pas non plus trop des personnages. Même les plus ridicules font plutôt froid dans le dos, en même temps qu’ils inspirent de la pitié. L’écriture reste saine, sans être non plus distante. J’ai beaucoup d’admiration pour cette oeuvre complexe, toujours en équilibre, entre morbidité et ennui qui ne tombe jamais dans ces précipices.
http://alligatographe.blogspot.com/2018/09/sharp-objects-season-1-vallee-adams.html

Alligator
9
Écrit par

il y a 4 ans

42 j'aime

Sharp Objects
Manu_Coul
3

courir avec des ciseaux

Juste après convoqué un serial killer lorsqu’ils ont la grosse flemme, les scénaristes adorent aussi envoyer leurs petits enquêteurs dans des patelins paumés. Ce doit être le second genre favori de...

Lire la critique

il y a 4 ans

30 j'aime

35

Sharp Objects
Gandalf13
7

Poisseux

Cette série vaut en premier lieu pour les performances d'acteurs assez fantastiques, Amy Adams et Patricia Clarkson en tête. Cette dernière est glaçante, tour à tour cajoleuse, agaçante, sèchement...

Lire la critique

il y a 4 ans

18 j'aime

4

Sharp Objects
EricDebarnot
7

Play Blessures

Adaptation au format mini-serie d'un roman de Gillian Flynn (qu'elle a d'ailleurs coproduite), "Sharp Objects" ne peut que diviser. Il est impossible de nier que la série souffre d'un défaut majeur,...

Lire la critique

il y a 3 ans

13 j'aime

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Alligator
5

Critique de The Handmaid's Tale : La Servante écarlate par Alligator

Très excité par le sujet et intrigué par le succès aux Emmy Awards, j’avais hâte de découvrir cette série. Malheureusement, je suis très déçu par la mise en scène et par la scénarisation. Assez...

Lire la critique

il y a 4 ans

53 j'aime

16

Holy Motors
Alligator
3
Holy Motors

Critique de Holy Motors par Alligator

août 2012: "Holly motors fuck!", ai-je envie de dire en sortant de la salle. Curieux : quand j'en suis sorti j'ai trouvé la rue dans la pénombre, sans un seul lampadaire réconfortant, un peu comme...

Lire la critique

il y a 9 ans

52 j'aime

16

Sharp Objects
Alligator
9

Critique de Sharp Objects par Alligator

En règle générale, les œuvres se nourrissant ou bâtissant toute leur démonstration sur le pathos, l’enlisement, la plainte gémissante des protagonistes me les brisent menues. Il faut un sacré talent...

Lire la critique

il y a 4 ans

42 j'aime