👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Vivement l'adaptation de Salut les Musclés sur grand écran !

Et ben dans l'ensemble c'est plutôt sympa. On sent que Lacheau est un grand fan du club Dorothée et que cette adaptation lui tenait à cœur.

Le scénario tient la route globalement ; l'intrigue fonctionne, c'est très calqué sur les épisodes de série (y compris la fin) ; Lacheau choisit les personnages phares de la série et les exploite bien. Il parvient également à inclure les codes de la série dans ce film live (même le corbeau y passe) ainsi qu'à faire des références teintées de nostalgie. L'humour prend bien : l'univers de l'auteur colle plutôt bien avec celui de l'anime, du coup on n'a pas l'impression qu'il ait à faire beaucoup d'efforts pour être 'fidèle' au ton d'origine ; il y a bien quelques déviances, bienvenues, mais comme écrit ci-dessus, c'est assez proche de ce que l'on a pu voir dans la série. Ce qui diminue l'enthousiasme du spectateur, c'est le fait que certains passages auraient pu être plus comiques, que ça manque parfois de gags ou qu'un délire ou l'autre aurait pu être poussé bien plus loin.

La mise en scène fonctionne globalement aussi. Lacheau propose pas mal d'idées visuelles, c'est généreux. Tout ne fonctionne pas : l'abus d'accélérés et de ralentis nuit au rythme du métrage, et puis c'est parfois un peu chiant tous ces effets de style (alors que dans le dessin animé le ralenti était utilisé avec parcimonie) ; du coup tous les effets cool ne prennent pas. Mais Lacheau se défait également de la série pour proposer des choses intéressantes, telle que ces séquences en vue subjective. L'action est bien filmée : on trouve beaucoup de jumpcut, ça permet de camoufler les maladresses des acteurs, mais ça fonctionne. Et puis niveau chorégraphie y a de chouettes choses. Il y a aussi la séquence de rêve avec le coup du marteau qui rend bien. En fait, Lacheau soigne son film/son look et permet ainsi de coller au plus possible du dessin animé, sans pour autant tomber dans le délire cosplay ; ainsi, ses costumes et accessoires paraissent moins faux que dans un Gaston, par exemple. Il faut dire aussi que ce n'est pas trop mal filmé, on voit ce qu'il faut voir et la caméra est même souvent bien placée pour renforcer un gag. Les acteurs font du bon boulot aussi. Et puis y a pas mal de jolies poulettes ; je suis d'ailleurs surpris qu'on voit autant de jolis fessiers, par contre je suis autant surpris que Nicky ne soit pas plus vicieux : il ne fait que matter et touche rarement les jolies jeunes femmes (j'imagine que ça ne serait pas passé en cette période où les SJW fleurissent à chaque coin de rue...). La musique aussi fonctionne bien.

Bref, Le film est chouette, dommage qu'il y ait quelques creux.

Fatpooper
6
Écrit par

il y a 3 ans

4 j'aime

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon
Maxime_T__Freslon
4

Blague de couilles, philtre d'amour et canards.

Tous ensemble (je vous préviens, c'est pas fin et c'est grossier) ♪ Philippe Lacheaaaau, Philippe Lacheaaaau ♫ Une blague salace dans la nuit, P'tit Fifi a l'kiki qui cuit Et comme un pervers il...

Lire la critique

il y a 3 ans

38 j'aime

8

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon
Arbuste
2

Critique de Nicky Larson et le Parfum de Cupidon par Arbuste

Il ne suffit pas de collectionner les références à une œuvre pour bien l'adapter. En effet, à peu près tout le monde le lui accordera, Nicky Larson et le Parfum de Cupidon respire l'envie de bien...

Lire la critique

il y a 3 ans

37 j'aime

5

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon
xlr8
8

Merci pour ce moment ^^

Je fais partie des rares personnes qui avaient apprécié Babysitting, Babysitting 2 et Alibi.com et qui se disaient qu'elles n'allaient pas être déçues par Nicky Larson et le Parfum de Cupidon. Parce...

Lire la critique

il y a 3 ans

35 j'aime

16

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

98 j'aime

43

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27