"La violence entraine la violence"

Avis sur Orange mécanique

Avatar hugo4444
Critique publiée par le

Dérangeant, violent, subversif, orange mécanique est intemporel et est encore aujourd'hui d'actualité. Le huitième long-métrage de Stanley Kubrick nous dépeint une société rongée par le vice et la violence que ce soit chez Alex bien entendu mais aussi chez les policiers, le clochards et même le vieil homme.
La première partie du film nous plonge dans l'univers d'Alex et ses Droogs où règnent ultra- violence, sexe et sadisme. Cette première partie est la plus violente, la plus dérangeante mais surement la plus intéressante au niveau de la mise en scène. La seconde nous montre l'incarcération d'Alex où celui-ci devient le cobaye d'expériences sur des prisonniers faites par l'État. Si dans la première partie Kubrick ne faisait que nous planter le décors et nous laissait place à son talent, dans la seconde il nous donne le réel message du film.

Enfin dans la troisième partie on assiste à la descente aux enfers d'Alex. Tout ceux qu'il avait martyrisé vont se venger (même ses anciens Droogs) et le pousser à faire une tentative de suicide. Ainsi la société va s'abaisser au même niveau que les criminels.

Le film dérange autant qu'il captive, on se laisse surtout emporter par la forme que par le fond. En effet comme dans la plupart de ses films, Kubrick nous offre un film à l'esthétique travaillée et à la bande originale mémorable.
Ce qui choque vraiment dans ce film, c’est la vision d’une société qui se révèle au final encore plus amorale que le héros. On n'y trouve aucun idéalisme: les policiers sont d’anciens délinquants, les politiques sont représentés comme manipulateurs, comme le Ministre. Alex n’est que le produit d'une société qui préfère transformer radicalement l’individu au lieu de se remettre en question.
Cette satire de la société se ressent dans le mobilier: tableaux pornographiques, mobiliers en forme de femmes nues, sculptures de phallus géants… Kubrick nous montre ce vice que l'on peut finalement trouver dans le bar d'Alex et ses Droogs.

En conclusion, rarement un film d’anticipation n’aura été si juste dans son analyse de la société. comme dans son précédent film 2001: l'odyssée de l'espace, Kubrick donne une importance capitale à la photographie et à l’utilisation d’une bande-son exceptionnelle et nous pond encore une fois un très grand film.

Ma critique de 2001 est ici.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 731 fois
19 apprécient

hugo4444 a ajouté ce film à 18 listes Orange mécanique

Autres actions de hugo4444 Orange mécanique