Une parodie réussie !

Avis sur Papy fait de la résistance

Avatar Roland Comte
Critique publiée par le

Papy fait de la résistance est un film satirique français réalisé par Jean-Marie Poiré, sorti en 1983. Il est adapté d'une pièce de théâtre écrite par Martin Lamotte et Christian Clavier. Le film réunit une incroyable pléiade d'artistes, outre des acteurs de la troupe du Splendid (Christian Clavier, Michel Blanc, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko…), des acteurs confirmés comme Jacques Villeret, Roland Giraud, ainsi que Michel Galabru, Jacqueline Maillan, Julien Guiomar ou Jean Carmet, Jean-Claude Brialy, Bernard Giraudeau, Jean Yanne, Jacques François, etc.

Présentation

L'action se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l’occupation allemande. La soprano Héléna Bourdelle (Jacqueline Maillan) et sa famille doivent céder leur luxueux hôtel particulier parisien au général de la Wehrmacht Hermann Spontz (Roland Giraud) et camper dans leur cave.
Alors qu'elle se plaint à la Kommandantur des excès commis par l'arrivée des Allemands chez eux, Mme Bourdelle, accompagnée de ses deux filles, Bernadette (Dominique Lavanant) et Colette (Pauline Laffont) et de leur locataire Michel Taupin (Christian Clavier), aident un soldat britannique blessé, Harry MacBurrett (Jeffrey Kime) à s'évader et le cachent chez eux.

Mais la famille Bourdelle doit aussi faire face à la haine que leur voue l'ancien concierge de l'Opéra Adolfo Ramirez (Gérard Jugnot), devenu agent de la Gestapo.

A part Jean-Robert Bourdelle, dit Papy (Michel Galabru), un autre membre de la famille est secrètement engagé dans la Résistance. Il s’agit de Guy-Hubert Bourdelle (Martin Lamotte), le fils efféminé, coiffeur de profession, qui joue double jeu et, costumé en Arsène Lupin, nargue les Allemands sous le nom de « Super-Résistant ».

Bien qu'elle ait juré de ne plus chanter tant que la France serait occupée, Héléna Bourdelle se voit contrainte par le général Spontz de participer à une grandiose fête donnée au Château de Ferrières, en l'honneur de la venue à Paris du demi-frère d'Adolf Hitler, le maréchal Ludwig von Apfelstrudel (Jacques Villeret). À cette occasion, la Résistance charge Michel Taupin de poser une bombe censée exploser lors du repas qui rassemble les plus hautes autorités nazies.

Le film se termine 40 ans après sur un faux débat caricaturant ceux de la fameuse émission des Dossiers de l'écran (présentée par Alain Jérôme, dans son propre rôle) où l'on retrouve quelques-uns des personnages de l’histoire.

Mon opinion

Je n’ai pas résisté au plaisir de revoir ce film que j’ai déjà vu plusieurs fois. Pourtant je ne suis généralement pas un grand fan des « comédies à la française » qui trouvent rarement grâce à mes yeux. Mais, malgré certaines scènes outrancières (mais on est dans la parodie !), je salue la qualité de ce film et le talent des acteurs qui n’ont pas hésité à se ridiculiser pour la bonne cause. Techniquement, le film est aussi exceptionnel ne serait-ce que par les reconstitutions d’époque, les voitures, les costumes, la musique et les cadres choisis pour tourner certaines scènes (hôtel de Soubise, siège de la Kommandantur ; hôtel Salomon de Rothschild, pour l’hôtel particulier des Bourdelle ; Opéra Garnier ; Musée Galliera ; Hôtel Raphaël ; lycée Janson-de-Sailly, etc.) L’environnement musical est aussi particulièrement éclectique (final de la Première Symphonie de Mahler ; Mademoiselle Swing, de Raymond Legrand, sans oublier l’inénarrable interprétation très personnelle du titre-phare de Julio Iglesias Je n’ai pas changé par Jacques Villeret en demi-frère d’Hitler (caricaturant Goebels) . Il faut enfin signaler l’inoubliable générique des Dossiers de l'écran, emprunté à Spirituals for String Choir and Orchestra de Morton Gould. Ces notes qui concluent le film sont un double clin d’oeil puisqu’on les a aussi entendues dans L'Armée des ombres (1969), film emblématique de Jean-Pierre Melville consacré à la Résistance.

Dans le même esprit, je vous recommande :

  • Élément de la liste

L'as des as

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 322 fois
Aucun vote pour le moment

Roland Comte a ajouté ce film à 41 listes Papy fait de la résistance

Autres actions de Roland Comte Papy fait de la résistance