Déception

Avis sur Parasite

Avatar Octopus
Critique publiée par le

Critique décousue, navrée

Définition d'un twist final :
Elément surprenant modifiant le cours de l'histoire.

Voilà des mois que l'on me dit à quel point c'est un chef d'oeuvre à voir absolument et me voilà un après-midi pluvieux à regarder ce qui s'avèreront être 2h15 de ma vie très longue. J'ai même téléchargé deux jeux de téléphone pour faire passer le temps ... Je voulais voir où le fameux "twist final" emmenait.

On m'avait dit depuis des mois qu'il ne fallait SURTOUT pas raconter la fin au risque de fiche en l'air le film ... Je m'attendais donc à un fin incroyable et bouleversante. En guise de twist final, on se retrouve avec un fin totalement bâclée, rapide et sale, comme s'il fallait réveiller le spectateur.

Et là, le fameux "twist" arrive et c'est en fait

avec un mec qui vit dans le sous sol et qui finit par tuer tout le monde. C'est pas un twist ça, le twist, ça aurait été si la famille de riche était en fait une famille de pauvre qui étaient eux même les employés de la maison et qui partaient parce que leurs patrons à eux allaient revenir et donc avaient fait semblant et qui roulaient la famille de pauvre. CA c'était un twist.

Et puis pour qu'une histoire fonctionne, il faut entrer en empathie avec les personnages principaux. Là, je me retrouve face à des personnes (certes, très pauvres) mais profiteurs qui n'ont pas le moindre état d'âme. On apprend même que

leur fille arnaque souvent les gens et les parents en sont fiers !

J'étais vraiment du côté de la famille de riche avec la mère qui est adorable et le papa gentil comme tout. Ils traitent très bien leurs employés (bien qu'ils répètent souvent que le chauffeur sente mauvais) et veulent seulement sauver leur fils.

Est-ce une raison pour tuer le père ?

Je ne crois pas.

Tout est froid et austère (on va me dire "oui, mais c'est ça le cinéma Coréen") et ça m'a empêché de rentrer dans l'histoire totalement. J'avais l'impression de voir l'accessoiriste mettre un petit jouet ici pour faire comme si la famille vivait dans la maison et un autre bout de fruit ici ...
Les pauvres sont sales et vivent en bas, et la symbolique est sans cesse rappelée comme si le spectateur était trop ignare pour comprendre.
BJH "alors, là, on va faire en sorte qu'ils vivent dans un sous sol, et puis les riches, en plus de vivre dans une belle maison seront en haut d'une colline. Et puis aussi, il faudrait qu'ils soient sans arrêt en bas : une cave tiens, excellente idée ! et puis une scène où t'aurais un personnage sous un lit au même niveau que le chien et la riche dessus, et l'autre avec les riches en hauteur sur le canapé et les pauvres sous une table serrés comme dans leur appart. Excellente image, c'est discret à souhait, ça va ravir les critiques et analystes, ils n'y verront que du génie"
Alors merci Bong, mais c'était un peu trop un moment quand même.
Et puis cette idée de montrer les parasites un peu partout pour nous rappeler la justification du titre : la mouche à la fin puis la bestiole sur la table qui se retrouve jetée par terre d'un geste du doigt ... On a compris ça aussi ...
Les ficelles sont grosses, et ce n'est pas toujours très crédible.
D'ailleurs, ce message en morse qui fait 5 minutes à l'oral ... Je ne sais pas si vous avez déjà essayé le morse, mais il faut être drôlement fort tout de même pour en faire passer un comme ça en si peu de temps.
De plus, les personnages sont creux, d'un vide abyssal. Les meilleures histoires sont celles qui sont organiques, qui partent des personnages. Là, on est à l'inverse : une histoire avec des personnages dedans où le père pourrait être n'importe qui, la mère aussi, les enfants existent à peine et

la gouvernante évincée n'est là que pour mourir.

Ils n'ont pas de passé, pas de traits particuliers (à part que le père a un odorat très développé) mais sinon, ils sont creux et c'est ennuyant d'être face à des personnages si creux.
Même pour la famille pauvre, on ne sait rien d'eux. Simplement qu'ils sont pauvres et on nous le fait comprendre en long en large et en travers juste au cas où on n'aurait pas bien saisi la chose. Pareil, le père sent mauvais, on ne sait rien d'autre sur lui ni sa personnalité, la mère, on ne sait absolument rien de son personnage, même les chiens ont plus de caractère qu'elle au final et les enfants sont vaguement définis mais sans plus.

On me l'a sûrement sur-vendu comme plusieurs films déjà cette année "ad Astra", "Joker" et maintenant celui-ci. Je vais instaurer une nouvelle règle : ne jamais écouter les critiques d'un film avant de l'avoir vu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 271 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Octopus Parasite