👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je vais certainement susciter quelques rancunes.

Dans Pierrot le Fou, Belmondo pose la question suivante à un réalisateur américain: "C'est quoi, le cinéma ?" Celui-ci lui répond: "Cinema is a battleground. It's love. It's hatred. It's emotions." Ironiquement, c'est tout ce qu'il n'y a pas chez Godard.

En fait, Godard dans Pierrot le Fou, c'est presque l'anti-cinéma. C'est la prétention intellectuelle, détestable pour le cinéphile, d'aller au-delà du cinéma en ne respectant aucune de ses règles. Pas de narration. Pas de rationalité. Aucun soin, aucun amour pour la pellicule. On n'a jamais vu autant de mépris pour le septième art.

Le film se trahit, déjà, par son incipit : Belmondo nous fait une lecture solennelle du livre qu'il lit dans sa baignoire. Tout au long du film, ces ennuyeuses scènes de lectures qui n'ont aucun lien entre elles seront répétées. Comme si l'on payait sa place de cinéma pour s'entendre lire des livres. Dès le début, on assiste à un festival pompeux de références littéraires : Balzac, Rimbaud, Céline, et j'en passe... Sans doute pour convaincre le spectateur qu'il voit là un film hautement intellectuel ! En se prenant pour un intello, tout ce que Godard parvient à montrer c'est qu'en réalité le cinéma ne l'intéresse aucunement. S'il n'aime que les textes, pourquoi filme-t-il ?

J'avais déjà eu le sentiment, avec À bout de souffle et Le mépris, que les films de Godard pouvaient être résumés à leurs dialogues. Pierrot le Fou franchit une étape supplémentaire vers le néant. Le film ne raconte rien. Les dialogues sont une conjonction de références savantes et de paroles en l'air. Une vraie torture pour l'intelligence. Godard s'est sans doute cru malin avec ses jeux de mots à profusion. En réalité il ne fait pas vraiment mieux que Philippe Geluck dans ses BD Le Chat.

À ce stade de la critique, pourquoi insister davantage ? Parce que Pierrot le Fou est raté, mais ce qu'il faut bien dire, c'est qu'il est raté jusqu'au bout. Jusque dans les détails techniques. Les plans se succèdent parfois maladroitement, la musique est décalée, elle s'arrête souvent brutalement sans raison, pour reprendre quelques secondes plus tard. Les paroles sont désynchronisées de l'image. Effet de style me dira-t-on.

J'avais davantage apprécié À bout de souffle et Le mépris car ils racontaient au moins quelque chose. Tout le discours critique autour du film cherchant à justifier son succès en expliquant que le génie c'est l'anarchie cinématographique, la sortie du carcan narratif, le reflet d'une époque... me paraît complètement hors de propos. Il y a une évidence du génie. Quand un film est bon, on le sent. Quand un film est mauvais, on le sent aussi. Le reste, c'est du bullshit. D'ailleurs, si le film avait été d'un réalisateur amateur, je suis prêt à parier que personne n'en aurait parlé. Preuve que ce qui fait la réputation de l'oeuvre, c'est l'inébranlable aura intellectuelle de Godard. Parce que c'est Godard, ça doit forcément être intelligent. Eh bien non, en fait ça ne l'est pas.

Marlowe_Sleeps
1
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Déceptions cinématographiques et César de l'ennui

il y a plus d’un an

5 j'aime

Pierrot le Fou
drélium
7

Ceci n'est pas un film

Je préviens ça va pas être clair (du tout)... Mais en même temps... Et après on va me dire que je regarde des trucs bizarres qui ne sont pas des films... Mais que cherche Godard ici même ...

Lire la critique

il y a 11 ans

111 j'aime

24

Pierrot le Fou
Sergent_Pepper
8

Dynamitage à tous les étages

Un film d'une densité impressionnante. Dynamitage à tous les étages, Dilettante et exigeant, foutraque et maîtrisé, drôle et déconcertant. Le film est un art poétique foisonnant qui brasse toute la...

Lire la critique

il y a 8 ans

85 j'aime

4

Pierrot le Fou
Mad_Gump
4

Intolérable vanité

Bon alors c'est du Godard : et vas-y que je te fais n'importe quoi avec le son, et vas-y que je te colle de la philosophie à deux balles, et vas-y que je te coupe la musique n'importe quand, et vas-y...

Lire la critique

il y a 6 ans

67 j'aime

39

Mort à 2020
Marlowe_Sleeps
2
Mort à 2020

Une parodie médiocre au service d'une idéologie convenue

Je cherche toujours l'humour dans cette prétendue parodie... On s'ennuie vraiment. Plus intéressant est le point de vue spécifique adopté par le film pour analyser les événements de 2020. C'est qu'on...

Lire la critique

il y a plus d’un an

7 j'aime

4

Tirez sur le pianiste
Marlowe_Sleeps
5

Sympathique mais dispensable

J'ai jamais vu un film qui se termine aussi bêtement... Mais vraiment, bêtement. En plus, on voit arriver cette fin de si loin... que ça en devient même comique lorsqu'elle se produit. On a...

Lire la critique

il y a plus d’un an

5 j'aime

Pierrot le Fou
Marlowe_Sleeps
1

Le mépris du cinéma

Je vais certainement susciter quelques rancunes. Dans Pierrot le Fou, Belmondo pose la question suivante à un réalisateur américain: "C'est quoi, le cinéma ?" Celui-ci lui répond: "Cinema is a...

Lire la critique

il y a plus d’un an

5 j'aime