Je suis déçu : je pensais que ça serait chiant

Avis sur Pierrot le Fou

Avatar Mad Dog
Critique publiée par le

Ce film fait partie de mon "rattrapage culturel" version "un réalisateur = un film."

Scénario :
Alors, c'est Ferdinand qui s'emmerde avec sa femme à Paris. Faut dire qu'elle a un tel accent qu'on comprend un mot sur 10. Il décide de draguer sa baby sitter, qui se trouve être son ex et ils partent pour un road trip à travers le midi. Et puis il leur arrive des trucs marrants, des trucs chiants, des trucs de films d'auteurs et des trucs de films de gangsters. Et il s'énerve sans arrêt parce que la nana l'appelle Pierrot, ce qui aurait dû lui donner la puce à l'oreille sur le fait qu'elle soit un petit peu siphonnée de la carafe.

En tant que sujet d'étude :

"Pierrot le fou" est le film que j'ai pris afin de m'initier au cinéma de Jean-Luc Goddard. On m'avait conseillé A bout de souffle mais j'ai eu peur de me retrouver face à un film qui ne soit justement pas assez représentatif de son travail.

Et il y a dans Pierrot Le fou une volonté de ne pas suivre les lignes et de faire quelque chose qui emprunte à la comédie, au film auteurisant (c'est un film de Goddard, hein) au film de gangster avec une vague histoires de meurtres et de mallettes de billets dont le film se moque. Le film aime se moquer des codes de cinéma : tant pis s'il y a des faux raccords (je pense même qu'il en créé plus qu'autre chose) tant pis si sur les bâtons de dynamite il y a écrit DYNAMITE en gros, tant pis si on s'amuse à couper la musique en plein milieu (pour la remplacer par une autre.)

Wikipédia m'a apprit que Goddard à longtemps fait croire qu'il s'agissait d'un film improvisé et c'est vrai qu'il en a tous les aspects, comme le fil narratif qui n'est qu'un prétexte qu'à des scènes tantôt mignonnes tantôt expérimentales (à l'image des salles que traversent Ferdinand au début du film et dont la couleur change violemment) l'irruption de l'absurde au détour de tel ou tel plan et une tension assez changeante (parfois les gangsters qui poursuivent le couple sont très présent, parfois on s'en fiche complètement.)

Cela donne un film assez décousu où l'on peut piocher ce qu'on veut. C'est le premier film que je vois de ma vie avec Belmondo et celui-ci possède une sympathie et une bonhommie qui me plait bien. J'accroche moins au jeu d'Anna Karina, la trouvant touchante parfois et fausse à d'autres moment sans savoir si cela vient d'elle ou si c'est Goddard qui lui demande exprès de jouer faux.

Mon avis personnel :

Hé bah, j'ai bien aimé, mais pour cela il a fallut éjecté ce que je savais de Jean Luc Goddard de ma tête : l'espèce de vieux con intellectuel qui fait des phrasés très pédant ("Il faut filmer l'invisible") et qui est adoré par les trou-du-cul qui disent "Vive le Cinéma." (Un peu comme le mec chiant dans la série Nerdz, mais si, vous voyez, le grand chauve là...) Le fait que ce soit un cinéaste de la nouvelle vague ne me guide pas en soit : j'adore les films de Truffaut et de Chabrol et vomit ceux de Rohmer.

Et franchement après m'être tapé "Blow Up" (soit disant une révolution qui m'a laissé totalement froide) j'ai trouvé Pierrot Le Fou plutôt sympa à regarder. Certes, il y a des passages bien chiants (je parlais de ces moments où Anna Karina parlent d'une façon vide ou ces passages en voix-off bien pesant) mais d'autres qui en soit sont plutôt joyeux, drôles ou suffisamment incongru. Dès que je commençais à m'emmerder, j'étais toujours réveillé l'irruption d'un passage absurde comme l'arrivé d'un client qui salue Bebel parce qu'il reconnait "le mec qui a baisé sa femme l'an dernier", ou un passage où Raymond Devos vient faire un sketch sur le port. (Putain, il y a Raymond Devos, comment voulez-vous que je déteste ce film ?)

Moi qui vient du court-métrage, le mélange de film décousu, de film expérimental et de mélange de genre me rappelle beaucoup la façon de faire qu'il y a chez les vidéastes amateurs. Avec un côté improvisé du style "tiens, cette scène là est pas mal même si elle jure dans l'ensemble... allez hop, je la garde" et cette impression qu'au fond ça n'est pas si important que ça qu'il y ai des faux raccord. Et franchement, si je faisais un film qui ressemblait à ça, j'en serais assez content.

NON, à mes yeux Goddard n'est pas un génie et je pense qu'il faut se pignoler très fort sur le cinéma et faire de la sur-analyse pour le mettre à une place aussi haute dans le palmarès des grands cinéastes. (A l'image de ces critiques imbuvables sur ce site qui collent un 10 à ce film en te parlant "d'ode à la vie" et vont te parler de la surabondance de rouges ou de bleus pour justifier tel ou tel passage chiant... Gnagnagni gnagnagna.. )

Mais une fois qu'on ôte toute la glose, ça reste un film franchement loin d'être irregardable. C'est même plutôt.... agréable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 588 fois
Aucun vote pour le moment

Mad Dog a ajouté ce film à 1 liste Pierrot le Fou

Autres actions de Mad Dog Pierrot le Fou