Au secours, le bateau coule !

Avis sur Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar

Avatar Raphaële Martinat
Critique publiée par le

Je sais, le titre est méchant. Je suis méchante. Mais c'est la désastreuse impression que j'ai en sortant de la séance de cinéma. Jack Sparrow retrouve un ancien ennemi (avec des flashback et Jack Sparrow numérique particulièrement dégueulasse -les yeux ne sont même pas alignés-) et s'allie pour l'occasion avec Henry Turner -fiston de Will et Elizabeth- et une mystérieuse astronome putative (grande blague, tout le monde entend "pute") Carina Smyth (est-ce bon de préciser qu'elle cherche aussi son père ? On se demande qui ça va être dans le film...). A cela s'ajoute Barbossa qui n'est plus que l'ombre bling-bling de lui même (il avait tellement la classe dans les trois premiers, qu'est-ce qui se passe depuis le quatrième ?), Salazar le gros méchant, Will et Elizabeth Turner (qui doivent apparaître à deux ou trois moments), un autre méchant de la flotte de l'empire britannique qui... fait office de quoi dans le film ?
Bref, vous l'avez compris, il y a beaucoup de personnages pour une seule et même intrigue : la quête du trident de Poséidon.
Les magnifiques scènes sont toujours aussi magnifiques et bien chorégraphiées. Les moments de franche déconnade sont tous au rendez-vous et excellemment bien traités

(je pense par exemple à la scène du vol de la banque où, alors qu'ils veulent juste prendre le coffre d'une tonne, ils se retrouvent à prendre littéralement la banque)

mais tellement burlesques et improbables qu'on en vient à vouloir rallumer son cerveau et se demander comment c'est physiquement probable...
Le scénario est à la fois bancal et bien ficelé. Dans le sens où certains passages sont bien écrits... tout en étant maladroitement traités. Je m'explique, la scène du début où Henry retrouve son père et lui dit qu'il va détruire sa malédiction (non, ce n'est pas un spoiler, l'extrait circule librement sur internet !): elle est très émouvante, bien traitée, bien faite mais trop rapide, donc certaines phrases sonnent creuses et la scène crée certains enjeux qui ne sont pas tous résolus (le principal est bien sûr la quête d'Henry pour libérer son père

mais il y en avait plein d'autres minis: est-ce que son père va tout faire pour l'en empêcher avant de lui donner un coup de main ? etc...

) et comme cette scène est très courte ET la première scène d'introduction (oui, parce qu'il y en a deux), ça gâche un peu tout et ça pose plein de questions dont voici la première: c'est quoi l'intérêt de cette première scène ?

Will Turner ne viendra pas intervenir dans le film et

on aurait découvert plus tard le véritable projet d'Henry.
En fait, le problème, ce sont les personnages et leurs réactions:
Jack Sparrow joue les pauvres ivrognes qui n'a rien accompli depuis le quatre et se retrouve avec des compagnons qu'on ne connaît pas ou dont on se demande comment ils ont atterri avec Sparrow, fait des choix stupides dont les conséquences sont atroces (dixit le film) mais qui en-fait-ah-non-ça-va-on-a-eu-peur-pour-rien...
Henry Turner est bien joué avec de nobles valeurs mais très naïf et j'aurais aimé que les personnages jouent de ça mais non.
Carina Smyth, qui a des airs de Will Turner dans le premier, devait être l'astronome au passé trouble et aux intentions troubles et finalement... gnah ! Ah, et l'histoire d'amour est mignonne mais un peu bâclée vers la fin...
Will et Elizabeth... ahahahah ! la bonne blague, on sent que les producteurs ont accepté de les rajouter dans l'histoire que pour faire plaisir aux fans et à Orlando Bloom qui, apparemment, a quand même lourdement insisté pour reprendre le rôle du nouveau capitaine du Hollandais Volant.
Barbossa... trop de truc me chiffonne avec lui depuis le trois mais j'avoue que je ne sais quoi penser du traitement de son personnage...
Salazar qui devait être le grand méchant du film devient le plus grand CON du film (et vu la manière dont s'enchaînent les évènements et sont prises les décisions, les cons sont nombreux dans ce film) et je crois que je commence à en avoir sérieusement marre du capitaine-au-vaisseau-magique/maudit-super-méchant-qui-est-naturellement-un-ennemi-de-Jack-du-fait-de-son-passé.
L'Amiral ? de l'empire britannique qui a des motivations assez bizarres et qui est rayé si facilement qu'on se demande quel était l'intérêt de l'ajouter à l'action.
La sorcière: quien es ? que es ? no lo sabemos pero podemos decir que es una segunda Tia Dalma.
Les personnages secondaires: si l'ajout de scènes de Gibbs est sympa, certains perso sont tellement mal traités ou absents qu'on se demande où ils sont passés, comment ils sont arrivés là, etc...
En fait, le gros problème vient de la manière dont bouge le scénario: ça va trop vite, les motivations d'untel ne sont pas claires, les événements arrivent sans qu'on comprenne pourquoi et, en plus de la récurrence de prendre des décisions incompréhensibles, il y a la récurrence de la réunion de personnages qui ne devrait pas se faire comme ça, ni à ce moment-là mais qui arrive quand même (par exemple, la réunion du trio Jack-Henry-Carina qui est totalement improbable et serait encore plus mal faite si l'action n'était pas bien rythmée).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 422 fois
3 apprécient

Autres actions de Raphaële Martinat Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar