Filmée à hauteur d'Homme

Avis sur Ponette

Avatar Meo
Critique publiée par le

Ce qui touche et émeut dans le film de Jacques Doillon n'est pas le drame et le deuil qui s'ensuit, c'est sa sensibilité de cinéaste qui n'hésite jamais à prendre le temps des émotions, à filmer Ponette à sa hauteur, par ses yeux et dans toutes ses contradictions enfantines. Pourtant tout ici est presque éculé... si ce n'est le sujet. La mort de la mère de Ponette est un stigmate que celle-ci porte au bras : ce plâtre qui rappelle tout au long du film qu'il y a eu un terrible accident.

Le véritable, et formidable, travail effectué par Jacques Doillon se situe bien entendu dans sa direction de la (très) jeune Victoire Thivisol qui, en plus d'être d'une justesse remarquable, a un visage d'ange, véritable miroir face au spectateur qui atteint un degré d'empathie exceptionnel pour la jeune héroïne. Ce travail se situe aussi dans une véritable démonstration de la remise en question enfantine de tout, de toutes les contradictions et du pouvoir de son imagination, et du rêve. Ponette pleure souvent, à en fendre le cœur, entre un père en colère contre celle qui a disparu, une tante qui cherche à limiter sa foi par la croyance religieuse et son jeune cousin Mathias qui la défend et l'embrasse dès que le désespoir point.

La mise en scène est d'autant plus remarquable qu'elle repose sur deux éléments simples mais loin d'être faciles : une caméra haute comme trois pommes et des travellings perpétuels qui libèrent cette petite fille pour une fulgurance dans l'espace qui n'a d'égale que le tourbillon d'émotions ressenti par celle-ci au sein de chaque séquence. Difficile de la suivre d'ailleurs, tellement son cheminement intime est d'une beauté à couper le souffle, loin de tout chemin préalablement tracé. Ponette vit et agit selon des convictions qui n'appartiennent qu'à elle et qui sont inaliénables, des principes remarquables et époustouflants. Naît alors un respect pour ce petit bout de fille si brave qui résiste et révolutionne ce qu'en grandissant nous tenons pour acquis. Les questions incessantes qu'elle pose à tous ceux qui veulent bien l'écouter sont autant d'embranchements intimes que Jacques Doillon choisira comme plan final.

Une autre caractéristique remarquable du monde de Ponette, et de celui de tous ces enfants, est une propension à toucher autrui qui étonne et fait envie. La barrière physique n'existe plus : quand on n'aime pas on pousse, quand on aime on caresse. Ainsi cette sublime séquence entre Ponette et Mathias où celui-ci mime lui passer de la pommade sur son corps, sur sa poitrine, pour la « soigner », dit-il... et pourquoi pas ? La perception qu'a Ponette du monde qui l'entoure n'est pas définitive : elle est mouvante et altérée par son désir, immense, de revoir sa mère. Alors elle recherche les signes, parle à un Dieu qui ne lui répond pas, et finit dans l'oratoire de sa petite école à éclater en sanglot dans une lumière froide et dure, celle du doute. Ponette brûle pourtant du feu de la curiosité et ne s'arrête jamais aux explications qu'on lui donne ; elle se questionne à voix haute, fait parler sa poupée et écoute la montre de son père, « comme ça tu entendras les battements de mon cœur » lui promet-il.

Le plus dur c'est l'attente de Ponette : sa hâte à aller se coucher pour savoir si sa mère va venir la visiter dans ses rêves, et le retour à une réalité cruelle, où dans la cour de récré une petite brute lui dit que « c'est de sa faute à elle si sa maman est morte ». Brisée, Ponette va alors aller au cimetière pour pleurer sa mère et se retrouver seule avec sa foi inaltérable dans des réminiscences qui n'appartiennent finalement qu'à elle et que seul le temps pourrait lui voler.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 389 fois
5 apprécient

Autres actions de Meo Ponette