👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"En se retournant, Orphée fait un choix, le choix du poète et non celui de l'amoureux ( Marianne )
- Mais c'est peut-être Eurydice qui lui a demandé de se retourner? " ( Héloïse )

Une réécriture au féminin pluriel du mythe d'Orphée et Eurydice, qui permet à Céline Sciamma d'exprimer son "art cinématographique" comme d'autres, poètes, ont livré leur "art poétique". Le choix de l'éternité de l'Art - dût-il figer pour toujours un instant de soi, mais n'est-ce pas le meilleur de soi, la vérité et la quintessence de l'âme, qu'il fige? - contre la temporalité du vivant, du mutable. Et du mortel donc.

Ce portrait de la jeune fille en feu est un entre-femmes somptueux, puissant et bouleversant. Rien n'est de trop dans ce film, ni le moindre regard, ni le moindre mot, ni le moindre silence. Céline Sciamma fait un travail photographique remarquable, elle sait comme personne saisir le regard qui cille, la lèvre qui tremble, le grain de peau, la passion qui couve, la rage contenue... Sous sa direction, ses 2 actrices, Noémie Merlant et Adèle Haenel, tout en non-dit et en nuances, dans un jeu subtil, jamais forcé, incarnent à la perfection leurs personnages de femmes capables de sublimer leur amour dans l'Art puisque privées du droit de forcer le Destin, les conventions sociales, les déterminismes éducatifs...

Et si des esprits chagrins vous parlent de misandrie parce qu'il n'y a que des femmes dans ce film ( ou que les rares hommes y jouent les utilités ou font figure d'intrus ), balayez leurs objections d'un revers de main parce que les hommes y sont bien présents: ils sont ceux-là même qui ont instauré cette société patriarcale où la jeune fille ne peut qu'acquiescer à un sort fixé par le bon vouloir des pères, et où celles qui ont la Connaissance sont tenues d'exercer dans l'ombre, la clandestinité, faisant figure de sorcières.

Quant à la scène des adieux, sobre et poignante, elle est simplement magistrale.

Devant un tel film, qui résonne comme une promesse, je suis prise d'un vertige chargé d'admiration.

Et je sais pourquoi je vis.

Valerie_Favier
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste TOP FILMS 2019

il y a 2 ans

24 j'aime

Portrait de la jeune fille en feu
takeshi29
8

(Se) retourner (ou non) à la page 28

Pourvu que le 18 septembre prochain, quand sortira ce "Portrait de la jeune fille en feu", les critiques professionnels ne le réduisent pas à un manifeste sur la condition féminine, ou pire à une...

Lire la critique

il y a 3 ans

78 j'aime

17

Portrait de la jeune fille en feu
Grard_Rocher
10

- Portrait de la jeune fille en feu - dans mon "TOP 10" -

Vers la fin du 18ème siècle, une Comtesse demeurant sur une île de Bretagne doit selon la tradition faire appel à un artiste peintre afin de réaliser le portrait de mariage de sa fille Héloïse. La...

Lire la critique

il y a 2 ans

63 j'aime

45

Portrait de la jeune fille en feu
Samu-L
5

A feu doux

Alors portrait de la jeune fille en feu ça donne quoi? Le film est esthétiquement réussi et chaque plan fait penser à une peinture. Le film traite justement du regard et du souvenir. Il y a aussi...

Lire la critique

il y a 2 ans

63 j'aime

24

Coup de chaud
Valerie_Favier
7

Chronique de la bêtise ordinaire

Le film s'ouvre sur une pluie salvatrice et torrentielle qui s'abat sur un village. Dans la rue inondée, un homme se traîne, trempé, transi. On aperçoit sa main maculée de sang. Il s'effondre, se...

Lire la critique

il y a 7 ans

13 j'aime

8

Steve Jobs
Valerie_Favier
9
Steve Jobs

POUR FAIRE LE PORTRAIT D'UN ( DROLE D' ) OISEAU

**"Choisissez un oiseau rare, du genre psychopathe détestable et asocial, mégalomane, visionnaire et génial. Donnez-lui la vedette. Divisez votre pellicule en 3 actes. Filmez l'oiseau dans les 3...

Lire la critique

il y a 6 ans

11 j'aime

7

Whiplash
Valerie_Favier
9
Whiplash

La Passion selon Fletcher

Qui est Fletcher, me direz-vous? Hé bien, Terence Fletcher, c'est le maître de musique! Mais pas celui auquel on s'attendrait, plutôt dégarni, bedonnant, pourvu de lunettes et en costume trois-pièces...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

4