👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

La bataille d'Alep vécue de l'intérieur, côté assiégés

C'est un très impressionnant documentaire tourné par une jeune journaliste syrienne sur la bataille d'Alep (2ème plus grande ville de Syrie, située dans le nord-ouest du pays), bataille qui s'est déroulée de mi-juillet 2012 (début d'une rébellion au régime de Bachar el-Assad) à mi-décembre 2016 (capitulation des rebelles de l'armée syrienne libre le 13 du mois, puis évacuation de trente mille civils et de quelques milliers de rebelles entre le 15 et le 22 décembre 2016).
Cette jeune journaliste a connu à Alep un des jeunes docteurs engagés du côté des rebelles au régime et l'a épousé. Ils ont eu une petite fille : Sama. Et les images qu'elle enregistre depuis avant son mariage et pendant les presque cinq ans qu'a duré cette bataille pour le contrôle d'Alep, un fait saillant de la guerre civile opposant les "forces rebelles de libération" de la Syrie aux forces gouvernementales loyalistes de Bachar el-Assad (assistées de l'Iran, puis aussi de la Russie), elle les destine à sa fille qui, via ces vidéos, pourra, devenue grande, comprendre pourquoi son père médecin et sa mère journaliste (et co-réalisatrice du documentaire) sont restés à Alep - avec pour objectif de libérer la ville (voire tout le pays) de l'oppression d'un régime qu'ils jugeaient inique - durant toutes ces années où la guerre y a fait rage et ne l'ont quittée (leur bébé toujours avec eux) qu'au moment de son évacuation générale par les rebelles, en n'étant d'ailleurs absolument pas certains de réussir à passer les points de contrôle tenus par les loyalistes du régime.
Les vidéos, tournées jour après jour à la sauvette et sur le vif, montrent des images de guerre toujours plus terribles au fil du siège, où la mort vient le plus souvent du ciel, surtout dans les derniers mois de la bataille, car les forces militaires russes interviennent en faveur du gouvernement syrien de Bachar à partir de fin 2015 et leurs avions bombardent sans relâche les quartiers d'Alep encore tenus par les "rebelles" (dont Waad al-Kateab, la journaliste qui filme au smartphone ou à la caméra, et son mari médecin, pratiquement le dernier médecin du dernier hôpital de la ville à fonctionner encore vaille que vaille). On voit les hommes, les femmes, les enfants, frappés au hasard, mourir les uns après les autres. Ou survivre par miracle, mais jusqu'à quand, pour quel destin ? Les parents, les mères surtout, pleurent leurs enfants morts, crient et se lamentent. Des flots de sang, des blessés, des mourants partout, à même le sol. On est là, comme au milieu d'eux, avec les rebelles, les femmes, les enfants accablés, égarés, ne comprenant pas vraiment ce qui leur arrive, ni pourquoi leurs frères ou parents ont été tués et pas eux, pourquoi ils les ont laissés là.
Quand cessent les combats, Alep n'est plus qu'un immense champ de ruines. Hier prospère et comptant plus de deux millions d'habitants ; aujourd'hui, quasiment rasée, semblable aux Berlin et Hambourg de mai-juillet 1945. Et pour les survivants, une alternative : l'exil ou la mort.
C'est donc un document accablant, terrible, qui suscite la stupeur, la pitié, le questionnement. Pourquoi cette guerre civile en Syrie ? Pourquoi en arriver à cette extrémité, ces massacres de civils, ces tortures ? Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
En même temps, ce couple journaliste-médecin ne perd jamais espoir, ne baisse jamais les bras, continue de faire corps avec les siens, semble oublier que la mort, qui rode autour d'eux, peut les frapper, eux ou leur petite fille, à tout moment. Quelle leçon de courage, d'humanité, d'héroïsme. Ils soignent, ils opèrent, ils filment, ils témoignent... au mépris du danger. On reste gorge nouée devant leurs gestes, leurs sourires, leurs rares larmes. Et on sort de la projection, la tête pleine de ces questions auxquelles jamais personne n'apporte de réponse satisfaisante.

Pour Sama de Waad al-Kateab et Edward Watts fait écho dans ma mémoire à un autre documentaire, sorti en 2016, sur un sujet relativement proche, le Homeland : Irak année zéro d'Abbas Fahdel. D'une durée de plus de 5 heures trente, il était lui aussi magnifique et, si cela est possible, peut-être plus bouleversant encore.

Fleming
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Tous les films sortis et vus en 2019

il y a 2 ans

6 j'aime

3 commentaires

Pour Sama
turandot
9
Pour Sama

Critique de Pour Sama par turandot

C'est un film très prenant, et un témoignage exceptionnel : la situation à Alep, pendant 5 ans, vue de l'intérieur, par une jeune femme qui a tout filmé : les moments de joie en famille avec son mari...

Lire la critique

il y a 2 ans

23 j'aime

1

Pour Sama
Aweissenburger
10
Pour Sama

FOR SAMA Critique

Tellement de documentaires ces jours-ci se consacre à raconter de divers conflits au Moyen-Orient, et bien qu'ils veuillent admirablement raconter l'histoire des événements qui s'y déroulent, ils ne...

Lire la critique

il y a 3 ans

20 j'aime

Pour Sama
socrate
9
Pour Sama

ce que c'est que de vivre sous les bombes

Emouvant. Terrifiant. Révoltant. Indispensable, probablement. Impossible surtout de voir ce film aujourd'hui sans penser à l'Ukraine et à ceux qui vivent le même cauchemar. La situation n'est pas...

Lire la critique

il y a 20 jours

11 j'aime

4

Le Sommet des dieux
Fleming
7

Avec la neige pour tout linceul

J'ignore à peu près tout des mangas. Je n'aime généralement pas les films d'animation, les dessins retirant, selon mon ressenti, de la vérité au déroulement filmé de l'histoire qu'on regarde. Et je...

Lire la critique

il y a 8 mois

34 j'aime

19

Été 85
Fleming
7
Été 85

Une histoire d'amour complètement idéalisée

C'est ce que raconte ce très joli Été 85. Il faut dire qu'un premier amour, surtout vécu à seize ans, est souvent idéalisé. Et cette rencontre amoureuse, cette histoire d'amour nous est racontée du...

Lire la critique

il y a 2 ans

29 j'aime

8

BAC Nord
Fleming
6
BAC Nord

Pour les deux premiers tiers

Les deux premiers tiers du film sont bons, voire très bons, en tout cas de mon point de vue. J'ai trouvé ça intéressant à regarder et à suivre. Et même passionnant. Est-ce outrancier ? Je ne connais...

Lire la critique

il y a 9 mois

27 j'aime

18