Affiche Printemps tardif

Printemps tardif

(1949)

Banshun

12345678910
Quand ?
7.8
  1. 0
  2. 2
  3. 5
  4. 11
  5. 38
  6. 100
  7. 267
  8. 354
  9. 157
  10. 82
  • 1K
  • 117
  • 1.1K

Noriko, jeune fille ayant pratiquement passé l’âge « normal » de se marier, vit seule avec son père à Kamakura. Parfaitement heureuse avec lui, elle refuse tous les prétendants. Son père, aidée par la tante de Noriko, recourt alors à un stratagème afin de la forcer à accepter : lui faire croire...

Casting : acteurs principauxPrintemps tardif
Casting complet du film Printemps tardif
Match des critiques
les meilleurs avis
Printemps tardif
VS
Avatar Senscritchaiev
9
Les âmes vagues

Comme si à 45 ans et après plus de 30 longs-métrages il ressentait le besoin de faire le point entre son œuvre passée et celle à venir, Ozu fait soudain appel à son vieux compagnon le scénariste Kogo Noda avec qui il n’a plus travaillé depuis 14 ans, mais qui co-signera les 13 dernières oeuvres à venir. Nouveau départ donc, mais dans la continuité – tendance éminemment japonaise que souligne élégamment le titre : un renouveau ne se comprend qu’au sein d’un cycle, l’inédit n’existant jamais,...

28 3
Tout est une histoire d'union

(À partir du 4ème paragraphe, je révèle certains éléments importants de l'histoire. Même si je considère que l'essentiel de ce film ne se trouve pas dans la trame, qui est assez évidente, je préfère mettre en garde pour les paranoïaques du grand méchant Spoil). L'entièreté du film baigne dans une douceur qui, avec des yeux contemporains, est assez déconcertante. Le temps y est, non pas vraiment dilaté, mais tout simplement à échelle humaine. Or, habitués que nous sommes à la compression de la... Lire l'avis à propos de Printemps tardif

1
Critiques : avis d'internautes (21)
Printemps tardif
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Philosophie intimiste du mariage

Depuis la mort de sa mère, Noriko est pleinement heureuse de s'occuper de son père, universitaire vieillissant, que la vie quotidienne désoriente. Les années passent, mais contrairement à ses amies, Noriko ne songe pas à se marier. Va-t-elle découvrir un fiancé parmi ses fréquentations masculines ? Sa tante lui cherche un époux de choix : "Il ressemble à Gary Cooper !" Et la rusée commère... Lire l'avis à propos de Printemps tardif

5 3
Avatar Lionel Bonhouvrier
8
Lionel Bonhouvrier ·
Découverte
Un grand film au coeur de l'âme japonaise

Dans un entretien donné en 1964, Mishima expliquait qu'une « originalité du roman japonais par rapport au reste de la littérature mondiale, c'est que, comme chez Kawabata, il y a des romans exclusivement composés de détails. Le fait que le roman soit exclusivement constitué de détails est contraire à la théorie romanesque. Je pense que ce phénomène est propre aux Japonais.» Il est toujours... Lire l'avis à propos de Printemps tardif

48 26
Avatar Nody
10
Nody ·
Critique de Printemps tardif par limma

On retrouve le Japon entre tradition et modernité et la dissolution de la cellule familiale, thème récurrent du réalisateur. Yasujirō Ozu reprend ses acteurs fétiches et la relation père-fille avec ce lien indéfectible propre à une relation fusionnelle mono-parentale. Printemps Tardif, sera mon coup de cœur pour Ozu. (même si Eté Précoce... Lire l'avis à propos de Printemps tardif

14 2
Avatar limma
8
limma ·
Critique de Printemps tardif par nostromo

Voilà un bien joli film de Ozu, qui nous narre les états d'âme d'une jeune fille et de son père , faisant face ensemble au dilemme que représente le futur mariage de la jeune fille. C'est du Ozu, c'est frais, c'est bien observé, les petits détails de la vie japonaise, dans ses rites et ses petites habitudes, sont mis en scène très heureusement en de beaux plans simples et lumineux. Les acteurs... Lire la critique de Printemps tardif

10 1
Avatar nostromo
8
nostromo ·
Critique de Printemps tardif par Al_

Quelle sensation agréable procure ce film ! Au-delà de son histoire, ce sont ses personnages et sa mise en scène qui nous transportent, nous font baigner dans une douce atmosphère, nous permettent de prendre le temps et de profiter de plaisirs simples. Et que dire des sourires, rares sont les films aussi souriants, même si ces sourires finissent par être empreints de tristesse. Ozu nous... Lire la critique de Printemps tardif

7 1
Avatar Al_
7
Al_ ·
Toutes les critiques du film Printemps tardif (21)
Vous pourriez également aimer...