👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Que la comédie française déplaise ou non, avec Problemos c'est assez différent. Autant dire que les films d'exploitation à l'humour vache, gras et cru typiquement français, je m'en tiens bien loin d'ordinaire. Exploitation oui, et j'irai même plus loin... Cette grande vague de surproductions de comédie françaises déferlant durant ces dernières décennies - pour moi - c'est Babylone.

Plus artisanal et authentique, j'ai nommé Eric Judor. Bien que très attaché aux racines culturelles, en s'appropriant notamment un humour con et potache, faut dire que ce personnage est pour le moins surprenant. Parce que son registre, ses gimmicks ; ces derniers s'articulent autour d'un parcours artistique cohérent (H, La Tour Montparnasse, Platane).

Puis le protagoniste, comme l'oeuvre elle-même, semble gagner en maturité. Eric Judor jouera d'ailleurs un père de famille, à l'humour parfois quelque peu dépassé. Des thématiques d'actualité et de controverse nous aurons là, comme celles de la prise de conscience écologique ou bien celle des inégalités Hommes-Femmes.
En effet, avec cette petite communauté hippie du fond des bois on ira creuser bien plus en profondeur que de nombreux spectacles fades et has-been qui misent toujours tout sur le racisme et la xénophobie.
A noter que Blanche Gardin sera une grande aide.

Problemos nuance subtilement ses propos ; il ne critique pas tant la radicalité, mais fait état de la fatalité. Celle dont est victime une espèce d'homininé grégaire et sociale ; la construction progressive de classes sociales, la hiérarchie, l'échange et l'économie et surtout la guerre.

Malheureusement, je vais prononcé l'expression qui fâche : Problemos reste caractéristiquement et fatalement - tiens l'ironie du sort - un film français contemporain. Prenez comme synonyme le terme de médiocrité ça ira relativement bien.
Une fois encore, je trouve que Problemos est davantage une succession d'effets comiques, une suite d’événements - certes illustratives mais trop anecdotiques - plus qu'un véritable film.
- Ah ouai et c'est quoi pour toi un film, Monsieur Bonnes Références ?
- Euuuh...

Jordan_Michael
5
Écrit par

il y a 3 ans

1 j'aime

Problemos
Cultural_Mind
3
Problemos

Aux frontières du réel

Une satire ne fonctionne généralement qu'à la condition de s’appuyer sur un fond de vérité, de pénétrer dans les derniers quartiers de la caricature sans jamais l’outrepasser. Elle épaissit les...

Lire la critique

il y a 4 ans

43 j'aime

7

Problemos
Moizi
5
Problemos

C'est facile d'être féministe !

Je ne sais pas si on ne me l'avait pas un peu survendu ce Problemos, mais je suis assez déçu. Je ne savais quasiment rien du film, juste que ça se moquait un peu de certains aspects du féminisme un...

Lire la critique

il y a 3 ans

22 j'aime

Problemos
wante-mandret
5
Problemos

A moitié drôle ou drôle à moitié ?

L'irruption d'une famille de plus que bobo dans une communauté de zadistes isolés nous vaut dès le début du film un tsunami de répliques cruelles et acides qui font mouche. Judor y distille un humour...

Lire la critique

il y a 4 ans

18 j'aime

2

Le Choc des Titans
Jordan_Michael
7

Réédification du Péplum et come-back d'un piètre sous-genre

Parole d'un fan inconditionnel de l'original de 1980. Le Choc des Titans édifié par Desmond Davis et Ray Harryhausen est une véritable perle du septième art - oui je ne me gêne pas de parler...

Lire la critique

il y a 4 ans

10 j'aime

3

Once Upon a Time... in Hollywood
Jordan_Michael
9

Muséificaton des Arts Hollywoodiens

En deux mots Passez outre la représentativité des Sharon Tate et autres Bruce Lee, et vous vous en porterez très bien vous verrez. 9 ème merveille du monde derrière ces quelques sites...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

3

Coco
Jordan_Michael
7
Coco

Prouesse de l'animation en mouvement qu'est ce vieux clébard de Dante!

Compañeros! Coco, dernière production des studios Disney Pixar fait son entrée en cette fin d'année 2017 et Buen Dios ce que c’était bon! Présentement, vous lisez la critique d'un passionné de...

Lire la critique

il y a 4 ans

9 j'aime

2