En attendant Godot.

Avis sur Quand la femme s'en mêle

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Si le film n'avait pas été la première apparition d'Alain Delon au cinéma, je pense qu'il aurait été totalement oublié. C'est un décalque maladroit du Grisbi, avec Jean Servais à la place de Gabin, excusez du peu, et qui tourne autour de la vengeance d'un caïd de la pègre qui veut liquider celui qui l'a rendu cocu.

Il se voit aussi pour l'espèce de passage de relais entre l'ancienne, si j'ose dire, génération, Jean Servais, Edwige Feuillère, Bernard Blier face à Sophie Daumier, Bruno Cremer et surtout Alain Delon, qui incarne l'homme de main du premier. On voit bien qu'Yves Allégret semble captivé par ce jeune acteur (21 ans au moment du tournage), au point de lui donner beaucoup plus de scènes que prévu, et où semble poindre un air nonchalant qui lui sied bien. Avec une scène assez réussie où, dinant avec Sophie Daumière, il s'absente quelques instants pour tuer deux malfrats, et finit son repas tranquillement.

Quant au polar lui-même, il est en mode pépère, avec un Jean Servais que je confondais tout le temps avec Robert Dalban ! Et où les femmes usent de leurs charmes en parlant de leurs tours de fesses, avec une fin un peu trop morale pour être honnête. Disons qu'en tant que document sur Alain Delon, ça se regarde mais sans plus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 197 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Boubakar Quand la femme s'en mêle