Rédaction de De Palma sur la guerre en Irak

Avis sur Redacted

Avatar Matthieu Skinner
Critique publiée par le

Brian De Palma s'attaque de nouveau à un film sur la guerre, cette fois-ci, c'est celle d'Irak qui est à l'honneur.

À l'origine de ce film, un certain Mark Cuban, businessman, propriétaire des Dallas Mavericks de la NBA mais aussi de l'entreprise de production Magnolia Pictures. Il propose à De Palma de financer son prochain film (5 millions de dollars) à la condition que ce dernier filme en HD (à savoir que Cuban détient également une chaîne HDTV et qu'il mettra le film à disposition en Pay Per View quelques jours avant sa diffusion en salle). De Palma saisi cette opportunité afin de mettre en œuvre une de ses idées : un film sous forme de rédaction (nb.: une forme de montage dans lequel plusieurs sources sont combinées et soumises à une modification mineure pour créer une œuvre définitive et cohérente).

Donc De Palma nous livre un film sur la guerre en filmant de manière innovatrice. Il y mélange caméra amateur, caméra de surveillance, vidéos Internet, reportages et même un faux documentaire. Il démontre un sujet d'actualité avec des formats d'actualité.

Et pour sujet un crime de guerre commit en 2006 en Irak, connu sous le nom du "massacre de Mahmoudiyah". Pendant lequel une petite fille de 14 ans a été violée et ses parents et sa petite sœur assassinés par des soldats américains.
Ce film se base sur ces faits uniquement, De Palma n'a pas eu les droits sur la reconstruction de l'événement ou même de le citer.

Il est à prendre en compte que ce n'est pas un film pour les fans de guerre, ou d'action. Rien de tout ça ici. À vrai dire, la mise en scène est quasi-documentaire.
Et inutile de dire que le film a été plutôt mal reçu aux États-Unis, certains accusent De Palma et Cuban de trahison et appellent le peuple à boycotter le film. Il n'y a pas à dire, ce film est loin d'être de la propagande militaire digne des productions Hollywoodiennes ; mais de mon point de vue De Palma n'est pas anti-américain, il montre que tout le monde est victime, c'est la guerre qui pousse les américains à agir d'une façon particulière qui les places en victimes tout autant que les irakiens. Il montre cette guerre comme le Vietnam moderne.

Cela dit, je trouve que cette innovation de tournage est plus ou moins réussie. Nous ne voyons pas tellement des opinions divergentes à travers les différents médias (reportages des irakiens, interrogations des américains). Et à travers le film, on ne ressent pas grand chose, si ce n'est que le dégoût de la guerre.

La décapitation du soldat Salazar m'a fait ni chaud, ni froid.
Pour moi, le moment le plus choquant se trouve tout à la fin lors de la diffusion des photos prises pendant la guerre d'Irak, il n'y a pas de musique, on est confronté à l'horreur de la guerre.

Enfin j'ai hésité entre le six et le sept sur dix mais désolé De Palma, ça ne sera pas pour cette fois.

Mon sondage sur les meilleurs films sur la guerre en Irak/Afghanistan

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 362 fois
1 apprécie

Matthieu Skinner a ajouté ce film à 4 listes Redacted

Autres actions de Matthieu Skinner Redacted