Rêves en berne

Avis sur Rêves de jeunesse

Avatar Lionel Bonhouvrier
Critique publiée par le

Mauvaise soirée les amis, mauvaise pioche ! Invité dans le cadre de cinexpériece, je bute dans la file d'attente sur l'affiche du film ! Plus d'attente délicieuse dans son fauteuil, plus de surprise ! Mon agacement s'aggrave avec l'intervention du réalisateur AVANT la projection. Accompagné d'acteurs (Salomé Richard, Yoann Zimmer) Alain RAOUST les présente, regrette l'absence d'autres acteurs : l'un est en Grèce, l'autre à Venise, etc. Qu'est-ce qu'on en a à foutre ? Enfin il annonce un débat à la fin de son film (c'est l'usage avec cinexpérience).

Et le film ? Comment s'intéresser à Salomé (Salomé Richard) qui décroche un job d'été de gardienne d'une déchetterie desséchée de chaleur ? Sa jolie frimousse ne compense pas un jeu d'actrice inexpressif, voire inexistant (un seul sourire crispé répétitif). Salomé retrouve un passé douloureux, qu'elle a fuit des années plus tôt. Il est question d'un ex (Mathis), de Zadistes, de répression policière. Que sont devenus ses Rêves de jeunesse ?

A ma grande déception, Alain RAOUST passe à côté d'une hypothèse politique stimulante : notre société traiterait les gens comme des déchets. J'espérais du lourd ! Mais le scénario et la mise-en-scène accumulent poncifs et facilités (impossible de les citer tous, désolé, je préfère abréger). Et quel manque d'idées cruel ! L'histoire est linéaire, sans rythme et les dialogues soporifiques filent la migraine. Ce film plan-plan enfile les séquences sans conviction, ni but précis. Déjà l'héroïne Salomé nous indiffère, alors comment ressusciter un zadiste mort (Mathis) ? Donc pas de miracles.

L'inévitable histoire d'amour vasouille entre deux frères, puis s'enlise (avec Clément le blondinet en quad, c'était mal parti). Même les taupes adeptes de hard rock finissent à la poubelle... Dans cette mélasse, Jessica (Estelle MEYER) fait passer un peu de vie, d'émotion. C'est vrai, elle en fait des tonnes, mais relativisons : tout plutôt que croupir d'ennui pendant 1h30...

Que retenir ? Une salopette fluorescente hors d'âge... Et une soirée dansante sinistre où chacun s'isole, hypnotisé par l'écran lumineux de son téléphone... Version égo-trip de la danse des serpents ? Alors je dis : vive les taupes déjantées ! Cas rarissime, à la fin de la projection le débat annoncé tombe à l'eau. Le public préfère filer à l'anglaise...
Sortie prévue le 31 juillet 2019, c'est vous qui voyez...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 156 fois
1 apprécie · 2 n'apprécient pas

Lionel Bonhouvrier a ajouté ce film à 1 liste Rêves de jeunesse

  • Films
    Affiche Sibériade

    En BoNnE CoMpAgNiE (2017/2021)

    * Partage d'un cinéphile avec des amis sur grands écrans depuis 2017. Enjeu : écrire une critique dans les trois au quatre jours....

Autres actions de Lionel Bonhouvrier Rêves de jeunesse