👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après trois longs-métrages passés inaperçus, Sebastian Schipper avait fait forte impression avec Victoria et pas seulement pour sa prouesse technique avec son unique plan séquence. Aujourd'hui,le soufflé retombe avec Roads qui, dès son entame, s'avère très peu crédible dans ses péripéties marocaines. A la croisée des chemins pour cet Africain qui cherche à rallier la France et ce britannique en rupture de ban familial, le réalisateur s'efforce de nous faire croire à leur amitié (ils ont tous les deux un frère disparu) mais sans nous donner vraiment des preuves tangibles d'y croire au gré d'aventures assez insipides entre l'Espagne et Calais. Tout le film est marqué par une certaine mollesse, à l'encontre de ce que Schipper avait montré dans Victoria : dans le rythme, dans l'intrigue voire même dans l'interprétation même si ses deux principaux acteurs ne déméritent pas. Un road movie est un genre qui ne souffre pas d'approximations, Roads en est plein et semble mettre sur le même plan le spleen occidental et la détresse d'un migrant sans papiers pour évoquer une jeunesse déboussolée. Schippar a sans doute voulu tourner un double récit d'apprentissage mais le point de vue parait flou et les enjeux jamais apparents. Le film semble partir parfois à vau l'eau, ne plus rien contrôler (l'épisode avec l'allemand) et ne laissant aucune place aux personnages secondaires. En matière de road movie, mieux vaut aller voir 303, autrement mieux écrit et bien plus touchant.

6nezfil
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2019

il y a 3 ans

2 j'aime

Roads
6nezfil
5
Roads

Croisée des chemins

Après trois longs-métrages passés inaperçus, Sebastian Schipper avait fait forte impression avec Victoria et pas seulement pour sa prouesse technique avec son unique plan séquence. Aujourd'hui,le...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

Roads
lhommegrenouille
5
Roads

Sur les chapeaux de roues ...jusqu’à nulle part

Ah j’ai toujours l’impression d’être un brin sévère avec Sebastian Schipper… Parce que l’air de rien c’est un mec qui tente des choses ; qui livre une vraie sensibilité. Prenez par exemple ce «...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

8

Roads
Floridjan
7
Roads

La tendresse dans l'amitié

Roads, on peut s'en douter quant au titre, est un road movie. Le film coche toutes les cases du genre : errance, distance (Maroc, Espagne, France), emploi de l'anglais (ne pas oublier que le road...

Lire la critique

il y a 1 mois

1 j'aime

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

Lire la critique

il y a 8 mois

61 j'aime

12

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

Lire la critique

il y a 3 ans

55 j'aime

9

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

Lire la critique

il y a plus d’un an

51 j'aime