Affiche Satyricon

Critiques de Satyricon

Film de (1969)

Où est passé Maciste ?

Le visionnage du Satyricon de Fellini me fait penser à la visite des ruines de Pompéi : tout le monde s'emmerde, se divertissant à peine lors de la visite du bordel et de ses fresques cochonnes, mais personne n'ose l'avouer à la sortie. C'est que l'amour affiché de l'archéologie confère au petit bourgeois moderne une aura de culture du meilleur effet, de même que la... Lire l'avis à propos de Satyricon

35 39
Avatar -Piero-
6
-Piero- ·

Tableaux d’une expédition

Lorsqu’il se lance en 1969 dans l’adaptation de Pétrone, Fellini n’a plus de garde-fou, et l’accueil plus que tiède réservé à Juliette des Esprits, loin de l’inhiber, le pousse à expérimenter à plus grande échelle. Satyricon retourne donc aux origines civilisationnelles de l’Italie, à grand renfort... Lire l'avis à propos de Satyricon

17 3
Avatar Sergent Pepper
6
Sergent Pepper ·

De la boue et des crapules

Depuis qu’en 1963, il a fait, à juste titre, béer d’aise la Critique avec Huit et demi, on se dit que Federico Fellini peut désormais tout se permettre : désarticuler le récit, projeter ses fantasmes à tout moment lors d’une scène, introduire déraison et démesure puis, miraculeusement, insérer un bijou harmonieux… Et, de fait, il ne se privera de rien jusqu’à sa fin,... Lire la critique de Satyricon

12 1
Avatar Impétueux
7
Impétueux ·

Les conquérants de la planète mère

L’homme est une planète inconnue. Le temps en est une autre. Lorsque le grand manitou du cinéma italien qualifie son Satyricon d’ouvrage de science-fiction, c’est à ce recul de l’esprit qu’il fait allusion. Et de fait on est moins en présence d’une recréation de la Rome pré-chrétienne que d’une équipée lointaine sur un astre-matrice, où l’on accompagnerait John Carter le long d’un... Lire l'avis à propos de Satyricon

9
Avatar Thaddeus
10
Thaddeus ·

La décadence humaine

Quelques œuvres sont assez difficiles à appréhender, on se demande ce qu'a voulu mettre en scène l'auteur, ce qu'il avait réellement derrière la tête lorsqu'il a décidé de filmer cela et donc, trouver un point qui nous permettrait d'aborder l'oeuvre en question d'une bonne manière, si cela est possible. Satyricon fait clairement partie de ceux-là où finalement j'ai eu... Lire l'avis à propos de Satyricon

14 8
Avatar Docteur_Jivago
4
Docteur_Jivago ·

La solution décadente

Une lecture au premier degré de ce célébrissime "Satyricon", oeuvre très populaire malgré son étrangeté radicale (sans doute le parfum du scandale, mais sùrement aussi la force du délire et de l'imagination ici à l'oeuvre...), fait facilement voir dans les aventures dissolues de ses deux héros sans morale une condamnation d'une dégénérescence contemporaine à l'image de celle de la... Lire l'avis à propos de Satyricon

2
Avatar Eric Pokespagne
8
Eric Pokespagne ·

Une galaxie morbide et onirique

Avec Satyricon, Fellini poursuit l'entreprise d'émancipation commencée avec la Dolce Vita, il se libère de tout cadre scénaristique, esthétique et moral pour laisser place à une imagination débordante. Illustration sublime de la décadence, le Satyricon est un long poème dissonant, aux allures de science fiction, peuplé de morts vivants tout droit sortis d'un cauchemar. Fellini reprends la... Lire la critique de Satyricon

4 1
Avatar Brock_Landers
10
Brock_Landers ·

Grotesque et stupéfiant

Fellini avait décrit son sublime "Casanova" comme une transposition de "La Dolce Vita" au XVIIIème siècle. On peut sans doute voir "Satyricon" de la même façon : "La Dolce Vita" transposée dans l'Antiquité romaine. Après tout, qu'importe l'époque : ces sociétés renfermées sur elles-mêmes, livrées à une futile recherche du plaisir - ou plutôt à une fuite de l'Ennui - que nous dépeint le Maestro... Lire l'avis à propos de Satyricon

4
Avatar Trelkovsky-
9
Trelkovsky- ·

Fellini, frère spirituel de Nietzsche - une philosophie dionysienne

La grande proximité que l'on constate dans la conception nietzschéenne et dans la conception fellinienne du monde semble venir d'une idée semblable de la sexualité. En effet, par le biais de cette conception se dessinent des réflexions communes sur la morale, la conscience et la décadence chez Nietzsche et chez Fellini. Ni chez l'un ni chez l'autre... Lire l'avis à propos de Satyricon

1 2
Avatar Violette Ardloch
10
Violette Ardloch ·

Magnifique

L'essence de l’œuvre de Pétrone est magnifiquement reproduite par Fellini. D'une mise-en-scène et d'une photographie complètement délicieuses, Fellini a su retranscrire toute l'absurdité et la folie. L'oisiveté, la luxure, les dérives grotesques de la richesse, le temps perdu, etc. En somme, la satire de la société romaine de Pétrone actualisée et transposée à l'époque contemporaine. Rien n'a... Lire la critique de Satyricon

3 1
Avatar WardStradlater
10
WardStradlater ·