Le précurseur

Avis sur Sept ans de malheur

Avatar BenB
Critique publiée par le

Max Linder est le premier comique de l'histoire du cinéma. Dix ans avant Charlie Chaplin, Buster Keaton, Harold Loyd, Laurel et Hardy, il invente un nouveau genre cinématographique appelé à devenir très florissant, comme tout le monde le sait.
Il est tout de même intéressant de rappeler qu'avant la suprématie américaine, le cinéma se développa en France. Les frères lumières, bien sûr, puis Méliès, qui invente une multitude d'effets spéciaux, et Max Linder, qui crée un personnage récurrent de dandy que l'on retrouve de courts en courts, dans plusieurs centaines d'aventures.

"Sept ans de malheur" est à la fois l'un de ses plus long (une heure) et l'un de ses derniers films. Linder y tourne une scène incroyable qui, à elle seule, est une raison de voir ce film. Cette séquence dite "du miroir" est à l'origine de celle des Marx Brothers dans "Duck soup", tellement applaudie. Eh bien sans mentir, je trouve que la version originale du gag est meilleure :
Un domestique brise un miroir. Pour que son maître, Max, ne se rende compte de rien, il demande à un autre domestique de jouer le reflet en attendant le vitrier qui le changera. Max a passablement la gueule de bois. Il s'étonne d'abord de ne pas vraiment se reconnaitre, puis se rase. La synchronisation des deux comédiens est parfaite, créant un comique de situation qui n'a pas vieilli.

On ne programme pas ce film tous les jours au cinéma, on ne le trouve pas en DVD (en tout cas je ne crois pas), mais cette scène du miroir est visible sur Youtube... Jetez un œil !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 505 fois
7 apprécient

Autres actions de BenB Sept ans de malheur