Affiche Si Beale Street pouvait parler

Critiques de Si Beale Street pouvait parler

Film de (2019)

Les maux de James Baldwin noyés dans le miel du consensuel

Si on devait définir un critère pour jauger la réussite d’un film, alors on retiendrait sans doute sa capacité à transcender son sujet par sa mise en scène, à mettre l’image au service du propos, la forme au service du fond. Et c’est justement tout ce que ne réussit pas à faire Barry Jenkins avec If Beale Street Could Talk, puisqu’il transforme la rage en indignation polie, la... Lire la critique de Si Beale Street pouvait parler

13
Avatar Kalopani
4
Kalopani ·

Eden (Harlem)

It’s a miracle to realize that somebody loves you. À travers Si Beale Street pouvait parler, Barry Jenkins nous offre un nouveau film envoûtant, en parfaite continuité avec Moonlight. Véritable osmose entre les différents éléments qui le composent - mise en scène, image, musique, direction artistique - le film transmet sa délicatesse avec... Lire la critique de Si Beale Street pouvait parler

22 4
Avatar Demire
8
Demire ·

Lost in faces

Après Moonlight, Barry Jenkins poursuit son exploration de l’individu à la croisée de deux forces antagonistes : l’amour qui transporte, et la question raciale qui contraint. L’adaptation du roman de James Baldwin, l’une des grandes voix afro-américaines,... Lire la critique de Si Beale Street pouvait parler

25 7
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Mélo mollo dodo

Dans le Harlem des années 70, Tish et Fonny s’aiment fort et presque en douceur, avec pudeur. Leurs regards suffisent à le comprendre, intenses et comme au-delà du sentiment amoureux. Il y a de la pureté dans ces regards. Et c’est cette pureté, et ce lien aussi qui les unit depuis l’enfance, et ce bébé dans le ventre de Tish, qui leur permettront de surmonter l’épreuve qu’ils doivent à... Lire l'avis à propos de Si Beale Street pouvait parler

9 1
Avatar mymp
6
mymp ·

Que la lumière...

Je n'ai pas lu le livre de James Baldwin, mais pour connaître un peu ce qu'il écrit, j'ose espérer qu'il est plus complet et nuancé que le film. James Baldwin est un de ces écrivains militants qui ont passé leur vie à dénoncer et décrypter le racisme, notamment institutionnel, envers les afro-américains. Ce film est en plein dedans. La dénonciation calomnieuse, la justice... Lire la critique de Si Beale Street pouvait parler

16 1
Avatar Pequignon
5
Pequignon ·

Ça Parle Pas Tellement Finalement..

Retour du réalisateur de Moonlight (oscar meilleur film 2017 (pour moi ça aurait dû être la la land... mais reste un très bon film), nous sort maintenant un film mélodramatique, qui est techniquement une pépite. La mise en scène est somptueuse, avec des plans et cadrages très beaux. La photographie est très bien travaillée, l’illumination, la colorimétrie pareil. Le montage est très bien... Lire l'avis à propos de Si Beale Street pouvait parler

9
Avatar JaviFou08
6
JaviFou08 ·

Amère déception

Je suis allé voir ce film avec pas mal d'attente, même si je n'ai pas vu le précédent film de Jenkis. Du coup ce film là ne m'a vraiment pas donné envie de découvrir "Moonlight" que j'avais pourtant noté dans ma liste. Je n'ai pas détesté ce film loin de là, sur bien des aspects il est vraiment percutant. Le propos est pertinent et il est ô combien utile de rappeler la violence du racisme.... Lire la critique de Si Beale Street pouvait parler

6
Avatar Isaiah Kewendi
5
Isaiah Kewendi ·

Merci Baldwin

Après le triomphe de Moonlight, Barry Jenkins revient avec Si Beale Street pouvait parler, qui est beaucoup plus réussi. Principalement grâce au roman de James Baldwin dont le film est tiré, la langue et le fatalisme de l'auteur parvenant à canaliser et contre-balancer le maniérisme du réalisateur. Avec tous ses magnifiques acteurs, Jenkins signe un mélo à la... Lire l'avis à propos de Si Beale Street pouvait parler

1 1
Avatar Bastien Marie
6
Bastien Marie ·

On apprend toujours de ses erreurs (ou pas)

En 2017, Barry Jenkins défrayait la chronique avec Moonlight. Deux ans après, il revient avec un nouveau long métrage afro-américanisé du nom de "Si Beale Street pouvait parler". Ce dernier évoque la vie des noirs-américains dans les années 70 aux USA, et plus précisément un couple formé d'une femme et d'un homme qui va avoir un bébé, sauf que le père se trouve en prison pour un crime qu'il... Lire la critique de Si Beale Street pouvait parler

1
Avatar Burnham
5
Burnham ·

(In)justice blanche

Avec Moonlight et maintenant Si Beale Street pouvait parler, Barry jenkins possède déjà sa carte de grand réalisateur. Attention quand même à une tendance qui s'affirme encore davantage dans son dernier film, celle d'un certain esthétisme qui n'est pas loin de toucher au maniérisme, en particulier dans des passages qui ne requièrent aucun effort de beauté formelle, a priori. Ceci posé, Si... Lire la critique de Si Beale Street pouvait parler

3 2
Avatar 6nezfil
7
6nezfil ·