👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Il ne nous manquait plus que ça : voilà que ce bon vieux Bond se met à faire dans le post-moderne : à lui les délices de la mise en abyme et de la métafiction ! Ce n'est d'ailleurs surement pas un hasard si pour une fois le réalisateur n'est pas un illustre inconnu : à 50 ans, forcément, on se met à réfléchir sur sa vie, son passé, et il est grand temps de se payer une rolex si on ne veut pas être suspecté d'avoir raté son entrée dans la maturité.

Dès le début du film (après une course poursuite encore plus folle que toutes les ouvertures précédentes) les choses nous sont clairement dites : si les héros sont fatigués, s'ils s'essoufflent, il faut les tuer. Quitte à les ressusciter, pour repartir sur de nouvelles bases. Changer pour que rien ne change, on connaît la chanson. Ici, elle nous est chantée sur fond d'effondrement : tout s'écroule, s'encastre, déraille, explose. Les méchants vivent dans des ruines, les gentils ne se nourissent plus que de regrets. Les fantômes règnent en maitre sur un monde nocturne où tout n'est que reflet. Il n'y a plus rien, plus personne à sauver.

Et comme un refrain, vaguement monotone quand même, revient la même idée : Bond est vieux. Son visage est meurtri, affaissé, son corps est rouillé. Ses blagues tournent dans le vide, ses gestes tiennent plus du réflexe que de la pure combativité. Et comme tous les vieux, il radote, il se réfugie dans son passé, il regrette. C'était mieux avant ! On dirait que demain est un pari qui semble fatiguer d'avance 007 - et ses scénaristes - alors à la place, voilà qu'ils se piquent de penser. Comme si l'action ne se suffisait plus à elle même : il faut derrière des intentions. Avec cette histoire de vengeance (pas très originale) aux accents tragiques passablement plombants, c'est sur un bien triste constat que se conclut le 23e volet de la série : désormais tout se paye, notre époque n'a qu'un ennemi, le gratuit.
Chaiev
6
Écrit par

il y a 9 ans

98 j'aime

21 commentaires

Skyfall
Torpenn
6
Skyfall

Vide grenier

J’ai bien aimé Skyfall pendant vingt minutes et puis je me suis un peu désintéressé de la question. Une introduction efficace, même si déjà vue, un générique convenable, le plaisir de retrouver...

Lire la critique

il y a 9 ans

158 j'aime

32

Skyfall
Jackal
8
Skyfall

-Everybody needs a hobby. -So what's yours? -Resurrection.

James Bond, qu'on croyait mort suite à une bavure, doit affronter Raoul Silva, un ancien agent psychotique du MI6 qui a juré de se venger d'une trahison de M en lançant des attaques informatiques de...

Lire la critique

il y a 9 ans

124 j'aime

21

Skyfall
Chaiev
6
Skyfall

A l'usure

Il ne nous manquait plus que ça : voilà que ce bon vieux Bond se met à faire dans le post-moderne : à lui les délices de la mise en abyme et de la métafiction ! Ce n'est d'ailleurs surement pas un...

Lire la critique

il y a 9 ans

98 j'aime

21

The Grand Budapest Hotel
Chaiev
10

Le coup de grâce

Si la vie était bien faite, Wes Anderson se ferait écraser demain par un bus. Ou bien recevrait sur le crâne une bûche tombée d’on ne sait où qui lui ferait perdre à la fois la mémoire et l’envie de...

Lire la critique

il y a 8 ans

261 j'aime

36

Rashômon
Chaiev
8
Rashômon

Mensonges d'une nuit d'été

Curieusement, ça n'a jamais été la coexistence de toutes ces versions différentes d'un même crime qui m'a toujours frappé dans Rashomon (finalement beaucoup moins troublante que les ambiguïtés des...

Lire la critique

il y a 11 ans

251 j'aime

23

Spring Breakers
Chaiev
5

Une saison en enfer

Est-ce par goût de la contradiction, Harmony, que tes films sont si discordants ? Ton dernier opus, comme d'habitude, grince de toute part. L'accord parfait ne t'intéresse pas, on dirait que tu...

Lire la critique

il y a 9 ans

239 j'aime

74