Mad Max : Furry Road

Avis sur Sonic, le film

Avatar Mike Öpuvty
Critique publiée par le

Sonic, le film. Projet qui a défrayé la chronique l'an passé quand devant la première bande annonce une horde de fans a protesté devant l'infect design de leur hérisson préféré... S'ils avaient pu seulement aussi manifester pour une réécriture totale, on y aurait vraiment gagné.
Car Sonic, même rafistolé, dispose d'un scénario copieusement merdique, empli de clichés-en-veux-tu-en-voilà et de non-sens à en perdre la mâchoire. Florilège :

  • Longclaw, une sorte de Maître Hibou venu d'on ne sait où, constate que des méchants poursuivent Sonic à cause de ses pouvoirs de course-ultra-rapide. Il lui dit : "Sonic, tu dois cacher tes pouvoirs et ne jamais t'en servir... COURS !"

  • Sonic peut courir toute son île en deux secondes, mais pas la cinquantaine de mètres qui le sépare de Maître Hibou pour le sauver à temps...

  • Toute une série de clichés sur le mec qui vit dans une petite ville et qui veut partir et qui fait un speech de départ mais HAHA non c'était juste qu'il répétait, vous l'avez pas vu v'nir ?

  • Le Macguffin du film est un poil luisant de Sonic, qui possède à lui tout seul exactement toute l'énergie de Sonic. POURQUOI poursuivre Sonic ?

  • L'introduction du professeur Robotnik est incompréhensible. A l'état major il est connu comme le loup blanc, tout le monde sait qui il est et clame "Oh non pas lui !" mais personne d'autre au sein de l'armée sait qui il est ce qui occasionne de le présenter deux fois.

  • Interruption des dialogues par Robotnik pompée sur Austin Powers, le rythme en moins.

  • Cliché du discours sur l"Evolution" vu cent-mille fois au cours des vingt dernières années...

  • Ils ont refait Sonic, mais les Drones de Robotnik sont éclairés n'importe comment, à aucun moment je crois qu'ils sont aux côtés des héros.

  • D'ailleurs Robotnik a des ressources technologiques incroyables, sauf quand il ne s'en sert pas pendant des heures.

  • Résultat : James Marsden est le fugitif recherché par le FBI le moins inquiété dans ses démarches de l'Histoire du Cinéma.

  • Sonic peut aller dans un bar, passer pour un enfant en costume et déclencher une bagarre sans qu'on y trouve à redire.

  • James Marden amène Sonic évanoui à sa copine, Tika Sumpter. Elle l'ausculte, constate qu'il n'a pas d'os cassés, tout va bien. Sonic se réveille. Tika : "Aaaaaah mais qu'est-ce que c'est que ça ?! un Alien ?!" Beh connasse, tu croyais vraiment que c'était juste un hérisson ?! T'as vu sa gueule !?

  • Pour finir, cliché de cette morale toute américaine qui veut que quand on aspire à aller dans une grande ville, on se rend compte que les petits patelins y'a que ça de vrai.

J'ai ri une seule fois : "Catch me, Jojo".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 210 fois
1 apprécie

Autres actions de Mike Öpuvty Sonic, le film