Rock ain't dead

Avis sur Spinal Tap

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Tout d'abord je précise que je n'ai pas eu la chance de voir le film en VO, et pour le genre, c'est assez mal parti pour l'apprécier à sa juste valeur! Il n'est donc pas à exclure qu'un jour je le revoie et modifie ma note en conséquence*. La VF reste toutefois honorable, mais il est clair que toute la spontanéité des acteurs n'a pas pu y être retranscrite.

Pour la mise en scène, je dis chapeau. Il s'agit d'un faux documentaire (comme on en fait plein aujourd'hui), sauf que Rob Reiner ne tombe pas dans le tic du "interaction avec camera/public". Quand les artistes parlent à l'interviewer (Rob Himself), ils le regardent lui, et non la caméra. Du coup, ils ne sont pas tentés non plus de la jouer à la 'the office' avec moultes regards caméras lourds de sens, certes, mais lourds tout court aussi... De même le réalisateur a l'intelligence de conserver ce qu'il faut de grammaire cinématographique dans son découpage (impossible d'aussi bien capter des diputes innattendues) sans omettre l'ingrédient nécessaire pour rappeler qu'il s'agirait d'un docu! J'adhère donc à la mise en scène.

Les acteurs sont également bluffant. On y croit à ce groupe. D'autant plus qu'on les voit tous jouer (bon il n'y a que le batteur qui convainc péniblement de son talent, mais je l'ai pris comme un effet voulu). Puis ils ont participé à l'écriture, certainement ont ils improvisé pas mal de scènes, ça se sent, et c'est bon. Après Rob Reiner a su leur donner sufisamment d'indications pour que ça ne soit jamais trop facile tout comme il a su monter aussi les bonnes séquences (je suppose qu'il y a eu beaucoup de prises radicalement différentes).

Enfin, le scénario est peut être trop simpliste et linéaire, mais en même temps ça suit le schéma rockumentaire. Il suffit de voir le récent film sur métallica pour relever que le récit n'est jamais très loin de la réalité. En soi je n'aime pas l'idée de vouloir justifier une action par le fait que ça s'est passé dans la réalité (je pense notamment à Omar dans la série 'sur écoute' qui saute d'un building et s'en sort vivant... oui ça eu lieu dans la réalité, c'est marrant, mais inséré tel quel dans un film c'est juste un gros deus ex machina). Mais dans le cas de ce film ci, ça ne m'a pas dérangé. Sans doute par le concept de documentaire, déjà. Ensuite, parce que pour qu'une parodie fonctionne, elle doit assimiler les codes du produit d'origine qui ici s'avère être un docu ; ce type de production jongle avec des faits réels qui pourraient s'avérer être des clichés, mais comme ce n'est pas une fiction, ça passe. Bien sûr, il reste à montrer ça intelligemment. Si l'idée développée est clichée, sa représentation ne doit pas l'être pour autant. Et je pense que Rob Reiner réussit très bien à éviter ce désastre.

En dépit de toutes ces qualités je n'ai pu me résoudre à mettre plus de 7/10. J'ai passé un excellent moment, oui, mais je n'ai pas trouvé le film culte maintes fois cité, comme ce fut le cas pour Princess Bride. Je suppose que la VF y est pour beaucoup. On sent lors des diaogues, même si le doublage n'a pas été trop mal torché, qu'il manque un petit quelque chose intraduisible. Sans doute déjà le jeu d'acteur fait passer beaucoup de chose. On en ressent une partie grâce au bodylanguage, mais la perte d'information lors de la traduction altère forcément le message envoyé au spectateur.

Bref, This is Spinal Tap est un très bon film à prendre au second degré. On rit beaucoup, mais il me paraît évident que pour apprécier le film à sa juste valeur, je me dois de trouver une copie en VO. A revoir donc!

*de toutes façons, il est toujours bon de revoir un film de l'appréhender sous un autre angle; on peut ainsi tester la solidité du scénario et de la mise en scène sans que certains artifices scénaristiques ne viennent aveugler le jugement par un quelque effet de surprise.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 529 fois
8 apprécient

Autres actions de Fatpooper Spinal Tap