Sword of the random

Avis sur Sword of the Stranger

Avatar Yocotte
Critique publiée par le

Un film d'animation que je voulais regarder depuis pas mal de temps, de bonnes notes généralement, une histoire de samurais, de japoniaiserie, de combats au sabre et à l'épée, tout pour me plaire.
Mais voilà, pendant toute la durée du film, je n'ai ressenti que frustration et désintérêt pour l'intrigue et ses personnages, je ne renierais pas les qualités d'animation de ce film qui sont plutôt bonnes (quoi que, j'y reviendrais), et je comprends qu'il soit apprécié, mais je n'ai pas du tout été emballé par ce film.

C'est un jugement purement personnel, aucune once d'objectivité dans ce que je vais dire, mais les personnages et l'intrigue m'ont fait penser à du Sous-Kenshin

Kenshin ? C'est quoi ? Pour ceux qui ne connaissent pas, Kenshin est un manga publié dès 1994 par  Nobuhiro Watsuki :

L'histoire se passe en 1878 à Tōkyō. Kenshin Himura, ancien assassin, cache un très lourd passé.

http://image.noelshack.com/fichiers/2016/30/1469736366-new-rurouni-kenshin-hd-wallpaper.jpg

La saga Kenshin, que ce soit en manga ou en animé, livre une oeuvre pleine qui dépeindra le début de l'ère Meiji par l'histoire de ses protagonistes et pas mal de flashbacks agrémentant une fresque historique romancée certes, mais réelle par bien des aspects, et épique, pour le cas de Kenshin.

Sword of the Stranger situe son intrigue bien avant les histoires de Kenshin et de ses amis (mais genre 300 ans avant quoi), donc vous me direz, pourquoi les comparer ?

Parce que le contexte de l'époque dans Sword of the stranger est très peu développé, qu'on s'en tient à un film de samurai basique, que les personnages sont des archétypes que j'avais déjà vu dans Kenshin, et que leurs visages sont mal faits.

Kotarō, le gamin sans attache, est le yahiko myôjin du pauvre, fusionné avec Kaoru (la promise de kenshin), puisqu'on doit le sauver des griffes du méchant un peu plus tard, comme Kaoru dans Kenshin.
Nanashi – littéralement "sans nom" – lui vient en aide, un vagabond, maître en escrime et guerrier légendaire, peu causant, plutôt frêle, comme Kenshin, un peu plus grand, et cache la couleurs de ses cheveux rouges qu'il n'assume pas, alors que c'est la même que celle de Kenshin, qui a la classe ultime !
Les visages sont pas très bien faits, inexpressifs, et même mal modelés comme pour le méchant principal Luo-Lang, comparez le charisme pour des personnages semblables dans Kenshin :

http://image.noelshack.com/fichiers/2016/30/1469736081-1.jpg

Kotarō, notre jeune héros poursuivi par de sombres forces, est un garçon faible mais plein de courage, comme Yahiko dans Kenshin, mais sauf qu'il est beaucoup plus insupportable, faisant carrément preuve d'irrespect à bien des égards quand on lui vient en aide, et restant jusqu'au bout du bout le fameux petit être faible mais sans peur et sans reproche qui ne versera jamais une larme ou ne remerciera jamais son bienfaiteur. Yahiko avait beaucoup plus de classe.

Nanashi, lui, sauve Kotarô, puis après il ne dit plus rien pendant le reste du film, il se contente de jouer du sabre et suivre l'enfant, son passé n'est pas expliqué. Il fait office de maître d'arme surpuissant et discret, d'ancien combattant errant que personne ne peut battre, mais on n'explique pas pourquoi, on ne sait rien de ses origines
LE Kenshin du pauvre, clairement, la scène ou il se plonge les cheveux dans l'eau pour retirer sa chevelure de teinture noire et révéler sa chevelure rouge montre qu'il n'assume clairement pas l'héritage post-iconique de son confrère Kenshin. Ouais il parait c'est pour se cacher, mais tant pis pour lui !
Le méchant du film, Luo-Lang, est un peu le Saito Hajime de ce film, un personnage à priori mandaté par des forces légitimes et de loi, mais cherchant à tout prix le combat, et surtout le combat contre des adversaires les plus forts, arrogant à souhait. Malheureusement pour lui, son personnage est très peu développé, très très moche visuellement, blond (?) et bien trop lourdeau pour un esthète du katana.

L'intrigue se centre sur le pouvoir de l'immortalité que pourrait procurer Kotarô, mais n'est qu'à peu d'occasion abordée, et très mal expliqué, le contexte et l'intrigue c'est le néant.

Certains passages on nous montre la tour de garde, celle censée accueillir le phénomène, pour le sacrifice ultime, à la fin du film, on dirait des vieux graphismes PC pendant ces phases.

L'animation est fluide mais sans impact émotionnel pour ma part, parce que les personnages sont acharismatiques et dénués de personnalités car déjà vu en mieux dans Kenshin, de plus la musique qui accompagne les combats est la même qui est reprise pendant tout le long du film, le thème façon chinois revient tout le temps que ça en devient énervant, BO est répétitive à souhait.

LA BO DE KENSHIN LE VAGABOND, NOM DE DIEU DE BORDEL DE MERDE :
http://www.senscritique.com/liste/Top_15_des_meilleurs_musiques_de_Kenshin_le_vagabond/1173053

Regardez cet anime de gros oufo quoi.

Au final Sword of the stranger a été une grande déception, énorme même, je crois que j'en attendais trop, je n'ai rien aimé dans cet animé auquel pourtant je reconnais des qualités d'animation.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1371 fois
1 apprécie · 3 n'apprécient pas

Yocotte a ajouté ce film d'animation à 1 liste Sword of the Stranger

Autres actions de Yocotte Sword of the Stranger