Affiche The Brown Bunny

Critiques de The Brown Bunny

Film de (2004)

Daisy désirable

Chaque année, on ne retient du festival de Cannes que deux choses : la Palme d'or, et le scandale. En 2003, la Palme d'or, ce fut Elephant. Le scandale, ce fut The Brown Bunny. Plus précisément, deux minutes d'un film d'une heure et demi, deux minutes complètement coupées du contexte et mises en avant par les mêmes vieux coincés qui avaient dû être scandalisés par Empire des Sens, par exemple.... Lire l'avis à propos de The Brown Bunny

46 10
Avatar SanFelice
9
SanFelice ·

"Love will tear us apart"

Le cinéma de Gallo est à son image, terriblement clivant : là où les uns crient au génie, les autres crient à la branlette intello-boboisante-nombriliste. Et pour aggraver son cas, le garçon y va de sa provocation*, ou du moins ce qui peut être perçu comme tel par certains, et donne le bâton à ceux qui voudraient prouver qu'il a besoin de ça pour exister en tant que cinéaste. Voilà comment, à... Lire la critique de The Brown Bunny

34 14
Avatar takeshi29
9
takeshi29 ·

Critique de The Brown Bunny par Ferdinand

Ce film avait été présenté à Cannes comme "le pire film de toute l'histoire du festival" (sic) par un critique qui n'avait sans doute jamais vu une fellation de sa vie. C'est dommage que le film aie fait parler de lui sur base de cette scène, parce que personnellement j'ai découvert un film très touchant, intense, où l'on regarde les choses se dévoiler devant nous, dans cette chambre d'hôtel... Lire l'avis à propos de The Brown Bunny

25
Avatar Ferdinand
10
Ferdinand ·

Critique de The Brown Bunny par MrsChanita

The Brown Bunny me parle. Il colle à mon cerveau. Bud Clay roule comme je pense, frénétiquement, sans jamais s'arrêter. Torturé, mélancolique. Une fuite en avant vers l'impossible oubli. La caméra de Gallo fonctionne comme mes pensées, obnubilée par la lumière, bercée par les mouvements répétitifs, ou fixe jusqu'à l'hypnose sur un détail. Bud Clay c'est moi. La course et l'obsession. La... Lire l'avis à propos de The Brown Bunny

16 3
Avatar MrsChanita
9
MrsChanita ·

Broken flowers.

2010, Révélation. Avant de l’appréhender, j’imaginais un film très léger, un road movie absurde porté par le vent, sorte de Macadam à deux voies en moto, ou d’un Gerry plus fou, plus sensuel, plus charnel, car bien entendu j’avais entendu parler d’amour fou et de cette fameuse séquence qui a tant fait parler d’elle. Bref, c’était probablement depuis des mois (des années ?) le film que je... Lire la critique de The Brown Bunny

8
Avatar JanosValuska
10
JanosValuska ·

Ceci est une pipe

Autant évoquer, se débarrasser tout de suite de ce pour quoi le film de Vincent Gallo est si réputé et fit scandale lors du Festival de Cannes en 2003 : la fameuse scène de fellation non simulée de Chloë Sevigny sur Gallo himself, aboutissement de l’être et du destin (sucer, c’est exister un peu, ou plutôt se faire sucer, c’est exister à nouveau) d’un road movie hiératique perdu dans l’immensité... Lire la critique de The Brown Bunny

16
Avatar mymp
5
mymp ·

On the road

Bud Clay est inconsolable depuis la perte de la femme de sa vie, il va de rencontres en rencontres, incapable d’oublier Daisy. Road trip de la solitude et du chagrin, The Brown Bunny est avant tout un portrait masculin, celui d’un homme hanté par l’absence d’une femme, qui vit muré dans son silence et ses souvenirs. Un homme qui s’accroche au passé entre culpabilité et expiation. Qui cherche... Lire l'avis à propos de The Brown Bunny

10 1
Avatar Al_
9
Al_ ·

Looking for Daisy. The Daisy Age. Vincent Gallo The movie.

Franchement, j'arrivais pas à me décider pour le titre. Je te laisse les trois en vrac. Au fait salut les zamis, ça fait un moment que j'ai rien posté ici, pourtant j'ai écrit des bribes de trucs sur les œuvres que j'ai vu pendant le Festival International du Film Chiant et que quand il sera fini, bah je posterais tout d'un bloc, d'un seul. Une fellation, et des éloges c'est ce qui m'a donné... Lire l'avis à propos de The Brown Bunny

7 10
Avatar Kenshin
5
Kenshin ·

la tristesse durera toujours

C'est si beau et émouvant. J'ai beaucoup pensé pendant le film à cette phrase que Pialat attribue à Van Gogh dans "A nos amours" : la tristesse durera toujours. Le personnage multiplie les arrêts, les possibilités de fuite ; mais il finit toujours par partir, par bifurquer, par abandonner ses rencontres. La tristesse que l'on ressent est une tristesse qui pourrait disparaître, mais... Lire l'avis à propos de The Brown Bunny

5 4
Avatar B-Lyndon
9
B-Lyndon ·

Bunny's Bug

Nous sommes sur un circuit de Grand Prix quand on découvre le motard Bud Clay. Bud est sur sa moto en train de concourir. Il roule, il roule, il roule. Il roule sans cesse sur sa boucle. Le son des différents engins eux, varient : les retentissements apparaissent et disparaissent sans cohérence, comme si l'attention se faisait et se défaisait. Cette première scène qui est symboliquement forte... Lire la critique de The Brown Bunny

8 6
Avatar Alex La Biche
6
Alex La Biche ·