👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'avais lu une très bonne critique de ce film, venant d'une personne plutôt … difficile, disons. Quelqu'un qui avait une verve plutôt acide. Bref, concernant ce film, il avait été plutôt positif. Et comme il s'est révélé être un long-métrage asiatique, je ne me suis pas posée mille et une questions.


Ma première réaction : cela faisait bien trop longtemps qu'un film ne m'avait pas autant porté. Du début à la fin, sans relâche, j'ai été littéralement prise, si ce n'est éprise.

Les scènes violentes le sont suffisamment pour être marquantes. Plutôt crues, même, comme je les aime. Le film est d'ailleurs dans ce goût là. Pas de niaiseries, pas de fols espoirs gentillets, pas de gâteries. C'est virulent, violent, puissant. Ce film respire fort, mange bruyamment, et ne tourne pas autour du pot. Pas de beauté, pas de laideur, juste un réalisme frappant.

Les personnages sont autant humains qu'inhumains, remplis de hargne, de folie, autant que de bons sentiments. C'est cela, moi, que j'appelle être humain. Avoir des failles, des ressentis étouffants, collants, gluants comme un sang qui n'a pas encore eu le temps de coaguler correctement. En parlant de ça, je salue les acteurs, dont la manière de jouer est sans fausse note. On pourra reprocher mille fois aux asiatiques de surjouer, mais pas à propos de ce film.

L'intrigue est vraiment bien ficelée et bien trouvée, pour un scénario qui peut sembler surfait. Un tueur de putes. Rien de transcendant. Enfin, c'est tout du moins ce que je me disais, au moment de débuter ce film … Je le voyais plus comme un passe-temps, là, parce que je me faisais chier, coincée au fin-fond de la Creuse. Mais « The Chaser » m'a bien plus marqué que ça. Interrogez mes viscères. Elles ont frémis de nombreuses fois. J'ai même fait peur à ma mère, tant je réagissais violemment, parfois.

Dernier point : c'est, à ce jour, le seul film dont la musique du générique aura été un signal de départ pour que je respire à nouveau, au point que je me mette à l'écouter entièrement.
Neena
9
Écrit par

il y a 10 ans

2 j'aime

The Chaser
drélium
8
The Chaser

At last.

Bon ok, c'est vachement bien. Et pourtant, je vous jure, vous me saoulez avec vos films glauques qui ne peuvent pas s'empêcher d'aller aux plus bas instincts pour réveiller quelques sentiments forts,...

Lire la critique

il y a 9 ans

126 j'aime

31

The Chaser
Gand-Alf
9
The Chaser

La poursuite impitoyable.

Présenté notamment au festival de Cannes en 2008 (où il connut une standing ovation d'une dizaine de minutes) et à Deauville en 2009, The Chaser fit l'effet d'une véritable petite bombe pour ceux et...

Lire la critique

il y a 6 ans

100 j'aime

1

The Chaser
Aurea
6
The Chaser

À un rythme d'enfer

La course poursuite infernale d'un ancien détective, devenu proxénète, pour tenter de retrouver l'une de ses "filles" enlevée par un maniaque sexuel. On est d'emblée saisi par le rythme percutant du...

Lire la critique

il y a 11 ans

91 j'aime

38

The Knick
Neena
10
The Knick

Oui oui oui oui.

J'aime le sang. J'aime les organes. J'aime le cynisme. J'aime les expérimentations. J'aime comprendre comment on est passé d'une chose à une autre. Voilà pourquoi j'aime "The Knick". Je répète...

Lire la critique

il y a 7 ans

39 j'aime

4

Hannibal
Neena
10
Hannibal

Les tueurs sont des artistes, et leurs crimes des œuvres d'art.

Hannibal, la série qui te donne envie de goûter au cannibalisme, parce qu'Hannibal a l'air de savoir vachement bien cuisiner. Mads Mikkelsen incarne, à mon sens, le plus grand de tous les Hannibal...

Lire la critique

il y a 9 ans

27 j'aime

Van Helsing
Neena
5
Van Helsing

Un blockbuster de série B.

... Car c'est ça, non, "Van Helsing" ? Avouez que si. Je l'ai pris au 4e degré pour réussir à l'apprécier, affalée comme un béluga ivre sur un canapé. Ce film a le charme d'un porno : mauvais, mais...

Lire la critique

il y a 8 ans

14 j'aime