Le Sacre du printemps

Avis sur Time and Tide

Avatar Fritz_the_Cat
Critique publiée par le

Un néon. Une bouteille vide. Une gouttière. Un hôpital, aussi. Un bar, une pluie battante, une machine à laver et l'ombre d'un mort, figée au mur comme un dernier souffle. Puis une boîte à musique. Une vitre. La même vitre, brisée par le coup de feu d'une amante susceptible. Entre les deux, une piste d'atterrissage. Puis le ciel, les nuages, qui viennent et reviennent comme une éternelle gueule de bois. Au beau milieu de tout ça, deux hommes, l'un garde du corps à la petite semaine, le second truand repenti, chacun entiché d'une femme enceinte. Suivre leurs pas, c'est contempler les cieux qui embrassent le centre de la terre. Avec, autour de nous, le son qui danse pour lui-même. L'oreille s'en accommode et l'esprit se découvre de nouveaux réflexes, aussi sûrement que si l'on apprenait une nouvelle grammaire en 2h chrono. Tout cela est impossible. Tout cela tient du miracle.

Time & Tide, c'est la preuve éclatante que le cinéma d'action est une forme d'art. Le confier à n'importe qui, ça revient à laisser un gamin refaire une toile de Hopper avec un Paintball. Permettre à un bonhomme comme Tsui Hark d'en prendre le contrôle, c'est lui donner la permission de vous retourner le système nerveux. Ce type vient forcément du passé. Le Big Bang, il y était. Il l'a regardé de près, et il a attendu que le cinéma soit assez solide pour survivre à ses idées afin de nous délivrer son message. Celui d'un monde où tout se connecte, le beau comme le hideux, la noblesse comme la vilénie, la rapidité comme l'immobilité, l'infiniment grand et l'infiniment petit. Time & Tide n'aime pas la frime, il préfère l'expérimentation. Tsui Hark sait tout mais préfère l'ignorer. Il veut réapprendre à composer un cadre, à jouer des angles morts. Il organise la désorganisation, sublime le décadrage et brûle les conventions par les deux bouts.

Son film est un manifeste, celui d'un vieux sage en crise avec son monde intérieur. Sans mouvement, il sait qu'il mourra sur place. Alors il explore, il se met constamment au défi, d'un décor à l'autre. Pas de facilité qui tienne. Son climax, réparti sur trois lieux où s'accomplissent un nombre incalculable d'exploits filmiques, dure quarante-cinq minutes. Mais là encore, aucune frime, seulement un montage qui ne laisse jamais deviner le plan suivant alors même que leur enchaînement reste fluide. Déséquilibre et contrôle, en osmose. Time & Tide n'est pas une prouesse rythmique, il EST le rythme. Celui d'un flingue enrayé. Celui de la descente en rappel d'une HLM. Celui du coeur d'un nouveau né qui n'a pas encore poussé son premier cri. Ivresse des sens, force des images, surpuissance du son. Et des mots qui ont leur importance. Le dernier, "espoir", serait pure niaiserie si Tsui Hark ne s'était pas débrouillé pour que le héros, en 2h, ne tire en fait pas un seul coup de feu...

Time & Tide, c'est un style sans cesse mis en morceaux puis raccommodé, une symphonie virtuose qui tire une rafale de cartouches, leur court après, les dépasse et leur met même un tour de piste dans la vue en un découpage bien senti. Ce film-là, c'est l'équivalent filmique du Sacre du printemps de Stravisnsky. Un truc désespérément créatif, une plongée dans la boîte de Pandore. Avec le sourire aux lèvres, le sang qui bouillonne et la fleur au fusil. C'est unique, foudroyant, beau comme une jeune femme qui ferait taire la folie des hommes en un sourire radieux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 717 fois
38 apprécient · 2 n'apprécient pas

Fritz_the_Cat a ajouté ce film à 1 liste Time and Tide

  • Films
    Cover Mes DVD

    Mes DVD

    Liste 100% personnelle, juste là pour que je tienne mes étagères à jour. Chèr(e) toi, si tu fais partie des gens à qui j'ai...

Autres actions de Fritz_the_Cat Time and Tide