Il faut savoir apprécier les recettes classiques

Avis sur Tout en haut du monde

Avatar Eileen Tchoucky Heigh
Critique publiée par le

Si vous aimez les histoires originales, inventives et surprenantes, qui vont à l'encontre des recettes classiques, ou alors les détournent, passez votre chemin. "Tout en haut du monde" est ce qu'on prévoit qu'elle soit, rien de plus, rien de moins.
Une jeune aristocrate russe part à la recherche du bateau de son grand-père, disparu près du pôle Nord trois ans auparavant. Elle part seule, parce qu'elle a trouvé une nouvelle piste pour les recherches, mais que personne à part elle, ne veut les reprendre. Par bonheur, il y a toujours une récompense offerte par le tsar, pour la découverte du bateau, et elle finit par convaincre un équipage de se lancer dans l'aventure. A la fin, elle retrouvera le bateau. Le grand-père aussi ; pour lui, ce sera trop tard, mais il n'y avait pas vraiment de suspens à ce sujet, après trois ans dans le pôle Nord. Il n'y aura pas de twist, pas de péripétie inattendues, mais après tout, en avait-on besoin ?
On va voir "Tout en haut du monde" pour voir de jolis dessins et assister à la lutte d'humains contre la banquise. C'est exactement ce que film offre. Il raconte l'histoire prévue, certes, mais il la raconte bien, sans accroc. Ses personnages ne sont pas des héros, ils se trompent, ils faiblissent, ils perdent la tête, ils trichent, ils volent, et ils se font avoir comme des enfants, et pour autant, ils ne sont pas antipathiques. C'est bien la preuve, d'ailleurs, que pour camper des personnages imparfaits et humains dans lequel le lecteur peut se reconnaître facilement, il n'est absolument pas nécessaire de les rendre antipathique. A l’exception du méchant prince du début, qui est plus un ressort scénariste qu’un véritable personnage, tous ceux qui se conduisent mal ont au moins une scène de rédemption, tous ceux qui se conduisent bien ont au moins une scène de faiblesse. De même, il n'y a personne d'excessivement intelligent ou stupide. Tous font des erreurs, et tous disent des trucs justes au moins une fois. On a donc affaire à de vrais humains. Pas des salauds ou des idiots, mais des humains, des humains qu'on peut apprécier, qu'on a envie de voir survivre à l'implacable piège que représente la banquise. Et surtout, surtout, personne n‘est caricatural, pas même le prince antagoniste du début, pas même le père de l’héroïne obsédé par sa réussite sociale. Parce que, s’il n’est pas nécessaire de rendre un personnage antipathique pour le rendre humain, il n’est pas nécessaire non plus de le rendre énervant pour le rendre antipathique.
Le sujet principal, c'est la lutte de ces humains contre le pôle Nord. Oh, bien sûr, ça ne veut pas dire que l’enjeu de cette lutte est un aspect secondaire de l’intrigue. La première partie du film s’attarde le temps qu’il faut sur la relation de l’héroïne à son grand père disparu, la manière dont, pour diverses raisons, elle ne parvient à convaincre personne d’organiser une nouvelle expédition pour suivre la nouvelle piste qu’elle vient de découvrir, la manière dont elle se retrouve contrainte de partir elle–même puisque personne ne l’écoute. Lorsqu’enfin, l’expédition arrive aux glaces et que la partie « film catastrophe » commence, on est suffisamment investi dans l’histoire pour souhaiter que non seulement l’équipage survive, mais qu’en plus, il réussisse, la situation étant telle que, de toute façon, l’un ne peut se faire sans l’autre.
Les amateurs de vraisemblance relèveront peut-être quelques incongruités ça et là, mais elles ne gâchent pas le plaisir du visionnage à mon sens.
Pour ne rien gâter, le doublage n’est pas mauvais. « Tout en haut du monde » a habilement évité l’erreur faite par le pourtant excellent Phantom Boy et n’a pas confié les rôles principaux du film à des vedettes du cinéma dont le doublage n’est pas le métier.
Le dessin, caractérisé par l’absence de traits de contour autour des formes, est fort joli et approprié à l’histoire qu’il raconte.
Quant à la musique, à l’exception d’une chanson d’ambiance un peu incongrue dans la première moitié du film, elle est efficace et appropriée.
En résumé, un film tout simple, mais réussi. Vous passerez un moment agréable devant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 231 fois
2 apprécient

Autres actions de Eileen Tchoucky Heigh Tout en haut du monde