La saga des jouets est toujours bien vivante !

Avis sur Toy Story 4

Avatar 小汤 Elvisant
Critique publiée par le

Comme quoi... Après un nombre grandissant de déceptions depuis la conclusion (temporaire) parfaite de la trilogie des jouets en 2010 - nommément Monsters University, Arlo, Le Monde de Dory, Coco et Les Indestructibles 2 (Cars 2 & 3, non merci) - j'avais perdu tout espoir dans le studio à la lampe. Et étant donné que la saga Toy Story représente tout pour moi, j'étais singulièrement inquiet, surtout après le retard de la date de sortie, qui souvent annonce un problème dans la production.

Tout est sauf! Alors qu'on peut objectivement dire que la fin du troisième opus ne nécessitait aucune suite, il faut dire que Cooley a réussi à faire ce que presque personne n'attendait de lui - c'est-à-dire continuer à explorer ces personnages si chéris, les faire évoluer de manière logique, intéressante et même surprenante.

Le parti pris de centrer le film sur Woody est réussi, ce personnage représentant toutes les contradictions humaines, entre loyauté, égoïsme, amitié et ressentiment. Ici, ses valeurs vont être de nouveau confrontées à la réalité, et ses choix montrent à quel point il a changé depuis ses jeunes années chez Andy.

Josh Cooley réussit de plus, comme Lee Unkrich dans le troisième volet, à mêler plusieurs genres dans un seul film - aventure, bien sûr, comédie, mais aussi quelques touches de suspense voire d'angoisse/horreur, et bien sûr des enjeux dramatiques très bien définis et amenés. La qualité technique s'est naturellement amélioré énormément, apportant toujours plus de détail et de vie à toute cette ribambelle de personnages, avec des nouveaux joignant la troupe en cours de route.

Retrouver Bo Peep est une excellente idée, surtout que les écrivains en font une femme qui ne s'apparente que très peu à ce qu'elle semblait être dans le passé (bien qu'on se souvient de sa fermeté) - elle est devenue une aventurière indépendante et ultra-débrouillarde, et sa présence est bien sûr centrale dans ce film, Woody se trouvant tiraillé entre son amour "égoïste" pour elle et son amour plus désintéressé (mais l'est-il vraiment?) pour Bonnie.
Après avoir dû souffrir l'arrivée d'un concurrent direct pour l'amour de son cher Andy, après avoir entrevu une immortalité dénuée de la tristesse d'être abandonné puis suite au départ tant appréhendé de son propriétaire, Woody essaie tant bien que mal de trouver une raison à vivre chez Bonnie, si gentille soit-elle. On voit cependant que le "happy end" doux-amer du 3 n'a en fait pas tenu ses promesses pour tout le monde, et Woody n'est pas toujours le choix premier de sa nouvelle propriétaire. Ce quatrième volet pose donc une toute nouvelle question : Woody pourrait-il envisager une vie autre qu'une dédiée à faire plaisir aux enfants - soit en étant leur jouet, soit leur idole - ? C'est là la force du premier long de Josh Cooley, qui réussit à renouveler les enjeux encore une fois.

Les nouveaux personnages sont tous très bien écrits, et apportent tous quelque chose à l'histoire - mes chouchous étant les deux lapins en peluche, dont le potentiel humoristique est énorme, et Cooley s'en donne à cœur joie. Malheureusement, ceux que l'on suit depuis déjà 3 films sont quelque peu délaissés, mais il est impossible de suivre tous ces personnages et introduire des nouveaux permet de rafraîchir la franchise.

Bien que Toy Story a été épargnée (pour l'instant, je ne sais pas si Pixar compte continuer), je ne crois pas que Pixar se relèvera de sa chute depuis la fin de son âge d'or en 2010, mais faire de Toy Story 4 un de ses meilleurs films depuis la création du studio suffit à me rendre heureux après tant de désillusions. Aujourd'hui, je suis heureux. Aujourd'hui.

Ma critique du premier
Ma critique du deuxième
Ma critique du troisième

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 358 fois
3 apprécient

小汤 Elvisant a ajouté ce film d'animation à 8 listes Toy Story 4

Autres actions de 小汤 Elvisant Toy Story 4