Je vous accorde que j'avais sans doute terriblement soif, avant de commencer ; peut être que le film ne vaut pas tant, mais est-ce important ?

Ce film est la rencontre entre deux alcoolismes, entre deux alcooliques grandioses, supérieurs. Le premier est repenti, a laissé son cœur sur les bords du Yang Tse Kiang, et s'ennuie en attendant la mort dans un hôtel sur la côte normande. Le second, son cœur on lui a pris, emmené en Espagne, quelque part, loin, et il boit avec un mépris suicidaire sans égal.

Dans ces histoires, il y a toujours des femmes, évidemment. Une partie, une qui ne bougera jamais - "L'imprévu ? Qu'est ce que c'est ?" - et une dernière touche d'espoir, une petite fille oubliée dans un orphelinat. Il y a des personnages secondaires grandioses, le tenancier du bar, le marchand de tout.

L'histoire n'a plus d'importance à c'moment de la critique, j'ai jamais su faire de critique grandiose. C'est une rencontre, des retrouvailles, un élan de folie, un élan de vie dans un monde qui s'éteint.

- Excuse-moi, mais nous autres on est encore capable de tenir le litre sans se prendre pour Dieu le Père !
- Mais, c'est bien ce que je vous reproche ! Vous avez le vin petit et la cuite mesquine. Dans le fonds, vous ne méritez pas de boire !

Et cette conclusion, elle m'a terriblement éteint. Mon alcool feu d'artifice avait soudain pris une étrange teinte de tristesse. Un bonbon amer à avaler.

Le 26 décembre 2011

64 j'aime

17 commentaires

Un singe en hiver
voiron
8

Critique de Un singe en hiver par voiron

Un singe en hiver, film d’Henri Verneuil de1962, adapté d’un roman d’Antoine Blondin du même nom. Jean Paul Belmondo nous laisse une filmographie impressionnante. Parmi tous ses films, le film Un...

il y a plus d’un an

65 j'aime

28

Un singe en hiver
SBoisse
10

Un singe en hiver : un chef d’oeuvre à déguster avec modération

Quelle belle rencontre que celle de trois monstres sacrés du Septième art gaulois – Henri Verneuil, Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo – et de deux des plus fines plumes de notre littérature...

il y a 7 ans

65 j'aime

7

Un singe en hiver
Alex-La-Biche
10

Vague à l'âme

Adapté du roman éponyme d'Antoine Blondin ayant reçu le prix Interallié en 1959, Un singe en hiver réunit pour l'unique fois la star du cinéma français et la vedette de la Nouvelle Vague. Au début du...

il y a 7 ans

65 j'aime

13

Malcolm
JZD
10
Malcolm

Critique de Malcolm par J. Z. D.

Francis qui veut pas travailler ! La peluche bleue qui parle à Dewey, et Reese pom-pom-boy ! Les microbes qui veulent entrer dans ses yeux ! Les objets s'évanouissent à proximité de Al ! Les nouveaux...

il y a 12 ans

178 j'aime

35

La Vie aquatique
JZD
10

Critique de La Vie aquatique par J. Z. D.

Il faut, une fois pour toute, que je justifie ce dix, ce coeur, et cette place un peu malhonnête en tête de mon top film. En effet, ce film n'a pas les épaules (encore que c'est plus des jambes qu'il...

il y a 12 ans

157 j'aime

26

The Grand Budapest Hotel
JZD
8

The Budapest Hotel.

Inlassablement, le cinéma de Wes Anderson est parfait. Il est même de plus en plus parfait. Et pourtant, je ne suis pas sûr d'aimer de plus en plus ces films. Déjà, depuis un moment, ses notes...

il y a 9 ans

105 j'aime

9