Adam Sandler déchaîné dans une œuvre singulière mais hystérique et usante sur la longue.

Avis sur Uncut Gems

Avatar Rémy Fiers
Critique publiée par le

Découverts avec le thriller urbain original et novateur “Good Times », avec cette atmosphère nocturne new-yorkaise si bien rendue et son impression d’urgence perpétuelle, les frères Safdie reviennent avec une œuvre encore plus particulière mais qui semble être la récolte des graines semées avec leur précédent film. En plus extrême. Trop extrême. En effet, « Uncut Gems » dure deux heures et quinze minutes, mais elles sont parfois exténuantes à défaut de paraître longues. C’est certes très rythmé mais, c’est rare de le souligner, peut-être un peu trop. Les personnages en mouvement constant ainsi que leurs interminables tunnels de dialogues finissent par avoir raison de notre patience et cela confine rapidement à l’hystérie. On sort de la projection en ayant besoin de prendre une bonne bouffée d’air frais.

Cependant, il y a une chose qui est indéniable : Adam Sandler trouve là le rôle de sa vie. Il est extraordinaire en bijoutier juif magouilleur au débit de parole mitraillette. Il n’avait pas trouvé telle enveloppe pour exprimer son talent depuis « Punch-Drunk Love » il y a plus de quinze ans. Il est même étonnant qu’il n’ait pas eu de nomination à l’Oscar, mais la compétition cette année dans la catégorie du meilleur acteur est vraiment embouteillée. A ses côtés, les frères Safdie ont su réunir une galerie de personnages aux gueules bien trempées, un festival de mines patibulaires et de tout ce que New-York peut compter de malfrats et de magouilleurs. La caméra de la fratrie est alerte et en totale immersion avec son sujet et cette histoire de pierre rare qui cristallise toutes les envies (et actions des personnages). Mais toutes ces magouilles et arnaques sont parfois trop complexes à saisir et on abandonne d’essayer d’en saisir les rouages.

« Uncut Gems » assoit encore son originalité en s’ouvrant et se clôturant de manière mémorable : la caméra plonge littéralement dans le colon de Sandler (!) après un prologue dans une mine de diamants en Éthiopie et une nouvelle fois dans une goutte de sang avant que le générique de fin apparaisse. C’est osé! Ajoutons une ambiance, une musique et surtout un grain d’image très années 80, mais pas forcément dans le bon sens du terme, et vous comprendrez la bizarrerie de cette œuvre qui divisera. Il y a pourtant des fulgurances dans certaines séquences, proche du culte, et des moments de tension réussis. Mais, en dépit de certaines qualités fortes et indéniables, l’histoire peine à captiver totalement sur la durée et c’est vraiment éreintant. Et on prend beaucoup moins de plaisir que dans « Good Times ». Un film vraiment déroutant, pas comme les autres et qui divisera, mais qui peut sembler pénible pour qui n’y goûte pas.

Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1336 fois
31 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de Rémy Fiers Uncut Gems