👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda a reçu la Palme d’or 2018 pour son film Une affaire de famille.
Le père apprend à son fils à voler dans un supermarché pour nourrir les personnes de la maison, un jour ils ramènent chez eux une petite fille seule et maltraitée. Cette famille d’élection chaleureuse vit dans un bric à brac avec la grand-mère qui touche une pension qui profitent à tous, et sa petite fille Aki une adolescente qui se dénude dans un peep-show.
Dans ce dernier film, le réalisateur japonais met en scène une famille de marginaux et dénonce la dureté de la société à leur égard.
L’œuvre de Hirokazu Kore-eda est un vaste et minutieux tableau de la cellule familiale, le cinéaste accorde une attention particulière aux personnages qui sont formidablement interprétés. Le réalisateur a un sens de l’observation rare qu’il transmet à ses acteurs, tous parfaits, de la grand-mère (Kirin Kiki) aux enfants.
C’est un hommage aux perdants magnifiques.
Hirokazu Kore-Eda témoigne son affection pour des déclassés de la société japonaise qui luttent pour joindre les deux bouts, parfois en volant, souvent en travaillant pour un salaire de misère.
Il nous plonge dans le quotidien de ses protagonistes, atypiques et marginaux, et dans la profonde affection qui les unit, cette chronique de la vie de tous les jours est une merveille de douceur et de justesse.
Une affaire de famille montre une société où la violence sociale et économique fait des dégâts. Les adultes sont des travailleurs pauvres, lui intérimaire sur les chantiers, elle blanchisseuse virée parce qu'elle coûte trop cher.
Dans la deuxième partie du film l’histoire bascule totalement pour nous interroger sur la notion même de famille, mais aussi explorer la société japonaise qui a ses exclus, où derrière la réussite économique se cachent des histoires de misère sociale et de solitude.
Il y a dans son cinéma une réflexion sur la nature des attachements, sur le regard des enfants, sur le sort que les adultes leur réservent.
Le dernier plan du film arrache le cœur.
Entre les films Une affaire de famille et Tel père, tel fils mon cœur balance.

voiron
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films des années 2000, Les meilleures Palmes d'or, Les meilleurs films des années 2010, Films vus en salle en 2018 et Les meilleurs films de 2018

il y a 3 ans

72 j'aime

10 commentaires

Une affaire de famille
voiron
10

Une affaire de famille

Le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda a reçu la Palme d’or 2018 pour son film Une affaire de famille. Le père apprend à son fils à voler dans un supermarché pour nourrir les personnes de la...

Lire la critique

il y a 3 ans

72 j'aime

10

Une affaire de famille
Kiwi-
9

Hier, aujourd'hui et demain.

Il y a quinze ans, Hirokazu Kore-eda signait « Nobody Knows », une bouleversante chronique de l’enfance au sein du labyrinthe tokyoïte. Depuis, sont sortis « I Wish », « Tel père, Tel fils », « Notre...

Lire la critique

il y a 3 ans

50 j'aime

6

Une affaire de famille
EricDebarnot
9

Shoplifters of the World, Unite !

Cette palme d'or - juste mais contestée - attribuée à Cannes au dernier film de Kore-eda, vient à notre avis enfin reconnaître l'importance du plus grand réalisateur japonais actuel, digne héritier...

Lire la critique

il y a 3 ans

45 j'aime

19

Une affaire de famille
voiron
10

Une affaire de famille

Le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda a reçu la Palme d’or 2018 pour son film Une affaire de famille. Le père apprend à son fils à voler dans un supermarché pour nourrir les personnes de la...

Lire la critique

il y a 3 ans

72 j'aime

10

Jusqu'à la garde
voiron
8

Critique de Jusqu'à la garde par voiron

Le couple Besson divorce et se bat pour la garde de leurs deux enfants. Ou plutôt pour celle du plus jeune, Julien, puisque sa soeur a bientôt dix huit ans.. Pour protéger son fils Julien d’un père...

Lire la critique

il y a 4 ans

59 j'aime

13

Un singe en hiver
voiron
8

Critique de Un singe en hiver par voiron

Un singe en hiver, film d’Henri Verneuil de1962, adapté d’un roman d’Antoine Blondin du même nom. Jean Paul Belmondo nous laisse une filmographie impressionnante. Parmi tous ses films, le film Un...

Lire la critique

il y a 8 mois

56 j'aime

28