Insupportable

Avis sur Vacances romaines

Avatar lislb
Critique publiée par le

Je ne sais pas trop à quoi on peut s'attendre avant de voir ce film, mais malgré la présence d'Audrey Hepburn, et malgré l'âge du film, on a affaire à exactement la même chose que tous les autres traitant d'un sujet à peu près similaire (jeune fille de la noblesse qui s'échappe quelques jours afin de découvrir la vie des vrais gens, alias des pauvres, avant de regagner tranquillement ses pénates (je suis peut-être mauvaise langue, il existe sûrement un film bien sur ce sujet (mais ce n'est pas celui-là))).

Au niveau de l'histoire c'est donc particulièrement inintéressant et sans surprises : dans sa fugue la princesse fait des folies (acheter des chaussures, se faire couper les cheveux... mais surtout dormir en pyjama, son rêve de toujours...) et trouve l'amour en 24h parce que c'est bien connu que le peuple fait l'amour tandis que la royauté fait de la politique. On ne va pas aller jusqu'à parler de la fin, puisqu'on est en transe pendant plus d'une heure, attendant de savoir si elle va être prise d'un sentiment patriotique, rentrer à l'ambassade et épouser un pauvre journaliste ou être prise d'un sentiment patriotique, rentrer à l'ambassade et rêver chaque nuit de ces paroles torrides échangées entre la glace et le bal populaire.

Je ne sais pas si c'est supposé être une comédie, si c'est le cas, qu'est-ce qui devrait être drôle ?
On peut toujours pencher pour la romance, même si on ne croit pas un instant qu'il y ait de l'amour entre les deux personnages, dont on se fiche par ailleurs puisque les seuls traits développés chez eux sont leur rapport à l'argent et au travail (elle : princesse qui se tue à la tâche / lui : journaliste fauché et flemmard).

Alors le film a l'air long long long et on s'ennuie parce qu'il ne se passe absolument rien.
Tout le monde pourra cependant tordre le film à volonté pour en tirer les conclusions qui lui feront plaisir. En bref, la jeune femme forte qui s'enfuit, mais incapable de survire sans un secours masculin (heureusement, comme tout le monde le sait, Rome est la ville du tact et de la galanterie...), incapable également de découvrir une ville autrement qu'en achetant des trucs, ou de percevoir sa liberté par autre chose que l'apparence (pyjama, chaussures, coiffure), l'amant qui se sacrifie pour le bien-être de sa chère et tendre, et la chère et tendre qui se sacrifie par pur sentiment de patriotisme... Voilà qui donne envie d'avoir le sang bleu, histoire de faire des folies de son corps...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 724 fois
6 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de lislb Vacances romaines