Porter sa croix

Avis sur West Side Story

Avatar Théloma
Critique publiée par le

Parmi les grands classiques multirediffusés il y a bien évidemment le West Side Story de Robert Wise qui met aux prises deux bandes rivales les Jerks et les Sharks en lutte pour le contrôle d'un quartier de New-York sur la célébrissime musique de Léonard Bernstein.
Bien que je connaisse ce film par cœur, je n'ai pas résisté au plaisir de le revoir une énième fois lors de sa dernière diffusion la semaine passée. Par pure gourmandise. Pour le plaisir que procurent ces chorégraphies qui non seulement n'ont pas trop vieilli sur le plan visuel mais qui musicalement sont devenus des tubes : America, Maria, Somewhere... Autant de moments plaisants dans une histoire qui, elle, ne nous ménage pas. Car West Side Story est d'abord et avant tout un mélo. A l'instar des grands drames que le cinéma ou la littérature ont pu offrir - on pense bien sûr au Roméo et Juliette de Shakespeare ou Andromaque de Racine - West Side Story a ceci de fascinant qu'il répond à un enchainement dramatique aussi injuste qu'inéluctable.
Et je suis très bon public pour ce genre de film. A chaque visionnage, je me vois espérer que Bernardo et Riff trouveront terrain d'entente, que Tony ne pointera pas son nez à la bagarre aux poings que se sont promis les héros des deux camps et que ce même Tony, conformément à la promesse qu'il a faite à Maria réussira à inverser son destin.
Oui mais voilà, les rediffusions se suivent et se ressemblent et les astres ne s'aligneront pas cette fois-ci non plus pour sauver les deux amoureux. Maria se retrouve une fois de plus à porter sa croix, cette immense douleur qu'elle exprime dans un ultime monologue dans la dernière scène du film comme aus sens figuré, cette petite croix autour du cou qui l'accompagne tout le film.
J'en étais justement là, mardi dernier, regardant avec une certaine compassion cette pauvre Maria entamer son morceau de bravoure final lorsque mon attention se porte sur un détail. Pas de ces détails que vous voyez lors d'un premier visionnage, ni même d'un second peut-être. Non mais ce genre de détail qu'on peut repérer lorsque justement on connait si bien le film qu'on en vient à regarder des choses insignifiantes. Et ce détail, c'est précisément la croix de Maria.
Aussi laïc que je puisse être, ce n'est pas le symbole qu'elle représente qui pose soucis. Non, le problème n'est pas du tout là. Il tient au fait que dans le plan suivant, la croix en question a soudain disparu ! Passée sous le col comme par magie. Et plan suivant (on est dans un champ contre-champ classique) la voilà qui réapparait. Puis rebelote, disparue ! Vous me direz : on s'en fout ! Ce sur quoi je suis tout à fait d'accord avec vous. Sauf qu'au lieu de reprendre mes esprits et le cours du film, de retrouver Maria dans cette scène qui est censée m'émouvoir, au lieu de ça, me voilà à attendre le plan suivant pour voir où en est ce collier sauteur et surtout à prendre conscience qu'en fait ces plans - croix dessus/croix dessous - ont forcément été tournés en différé et donc que Nathalie Wood ne joue pas du tout en continu dans cette scène mais qu'il s'agit de plusieurs plans recollés au montage. Bref, la magie du cinéma est prise en défaut et me voilà totalement déconnecté du film. Une fin contrariée donc pour un petit problème de script.
Mais que cela ne tienne, j'attends d'ors et déjà la prochaine rediffusion et - croix de bois, croix de fer-, je m’efforcerai de faire abstraction de ce petit détail qui n'aura sans doute gêné que moi.

https://www.youtube.com/watch?v=DGtD5QAaAGY

Personnages/interprétation : 9/10
Histoire/scénario : 8/10
Réalisation/mise en scène : 8/10

8.5/10

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 276 fois
12 apprécient

Théloma a ajouté ce film à 2 listes West Side Story

Autres actions de Théloma West Side Story