👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Basé principalement sur des images d'archives des années 90, "The Wu Story" se fait plomber d'entrée de jeu. Le réal se met en scène, explique son parcours pendant les cinq premières minutes, ce dont on se fout royalement...

Le doc souffre aussi d'un manque d'interviews un peu profondes et actualisées. Reste que l'histoire de ces neufs tarés de Staten Island vaut d'être vu, rien que pour la "présence" de l'énormissime Ol'Dirty.
Marius
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Les docus qui tabassent

il y a 11 ans

7 j'aime

10 commentaires

Wu: The Story of the Wu-Tang Clan
Achab137
4

Critique de Wu: The Story of the Wu-Tang Clan par Achab137

De bonnes images d'archive mais le documentaire est brouillon, sa construction est terriblement mauvaise et vient gâcher l'ensemble. A voir quand même pour les amateurs du Clan !

Lire la critique

il y a 9 ans

Wu: The Story of the Wu-Tang Clan
Suvann
4

The shitty story of the Wu

Le Wu-Tang, groupe incontournable de l'histoire du Hip-Hop, ne compte plus les documents contant sa success story. Celle-ci étant inégale, le film montre très bien la raison de cela. Mais cette...

Lire la critique

il y a 5 ans

The Dark Knight Rises
Marius
4

Bane à ordures

Jusqu'alors DKR signifiait, pour le geek averti, Dark Knight Returns. Une oeuvre majeure dans la bibliothèque de Batman. Quelque chose d'adulte et de complexe. Tout ce que n'est pas TDKR. Qui n'est...

Lire la critique

il y a 10 ans

121 j'aime

130

The Artist
Marius
1
The Artist

La blague américaine

En terrain conquis. Le mec de "la Classe américaine" à Cannes? Ça clignotait de partout: ce film est fait pour moi. 5h34 plus tard (en réalité, le film est un poil moins long), j'avais l'impression...

Lire la critique

il y a 11 ans

106 j'aime

67

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23