En terrain conquis. Le mec de "la Classe américaine" à Cannes? Ça clignotait de partout: ce film est fait pour moi. 5h34 plus tard (en réalité, le film est un poil moins long), j'avais l'impression de m'être fait cracher à la gueule par un réalisateur prétentieux ("Salut, je m'appelle Michel, je voudrais réécrire Sunset Bvd ou Singing in the Rain"), sans aucun discours, avec un noir et blanc aussi subtil que celui de mon Lumix...

Dujardin -qui m'était pourtant sympathique- révèle qu'il n'a que quatre expressions faciales (big up au jury cannois, vous êtes fins les mecs). Bérénice Bejo est une blague sur patte, moins subtile que le chien... Goodman est là par accident et/ou pour cachetonner.

C'était donc ça le bon vieux temps du muet? On sent à mille kilomètres le mec aigri de n'être reconnu "que" pour ses comédies et bien décidé à prouver au monde que The Artist en question, c'est lui... [EDIT: depuis, il me semble que Michou a été embauché à la Fémis...] Ça m'apprendra à aller voir des films français en sifflotant.
Marius
1
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 2011 au top et Cannes? Restons palme

Le 15 mai 2011

106 j'aime

67 commentaires

The Artist
Marius
1
The Artist

La blague américaine

En terrain conquis. Le mec de "la Classe américaine" à Cannes? Ça clignotait de partout: ce film est fait pour moi. 5h34 plus tard (en réalité, le film est un poil moins long), j'avais l'impression...

Lire la critique

il y a 11 ans

106 j'aime

67

The Artist
Torpenn
3
The Artist

La première fois que Dujardin vit Bérénice, il la trouva franchement laide.

Au lieu de revoir en boucle Une étoile est née et Chantons sous la pluie, Michel Hazanavicius aurait dû voir et essayer de comprendre un peu plus de films muets, et pas seulement se contenter de les...

Lire la critique

il y a 10 ans

96 j'aime

53

The Artist
Hypérion
8
The Artist

Une salle de cinéma, c'est incroyablement bruyant...

Deuxième séance, nouvelles impressions : Plutôt que d'attendre une sortie DVD pour me revoir "The Artist" dans de bonnes conditions, je me suis offert une séance matinale dépourvue de spectateurs...

Lire la critique

il y a 11 ans

69 j'aime

32

The Dark Knight Rises
Marius
4

Bane à ordures

Jusqu'alors DKR signifiait, pour le geek averti, Dark Knight Returns. Une oeuvre majeure dans la bibliothèque de Batman. Quelque chose d'adulte et de complexe. Tout ce que n'est pas TDKR. Qui n'est...

Lire la critique

il y a 10 ans

121 j'aime

130

The Artist
Marius
1
The Artist

La blague américaine

En terrain conquis. Le mec de "la Classe américaine" à Cannes? Ça clignotait de partout: ce film est fait pour moi. 5h34 plus tard (en réalité, le film est un poil moins long), j'avais l'impression...

Lire la critique

il y a 11 ans

106 j'aime

67

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23