👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes femmes tristes, se perdre devant cette intro wagnérienne sur fond de Brueghel ou Bosch, qui évacue la question de la fin du monde pour se recentrer sur des drames humains.

Enfin de la SF intimiste et poétique qui sert de charpente à un personnage, en l'occurrence Justine (Kirsten), newly wed malade dans sa tête, mélancolique à en crever, qui ne trouve un semblant de paix intérieur qu'au moment du souffle final.

Enfin de la SF intimiste qui laisse la place à une hystérie familiale, qui me rappelle les déglingos de "Festen" (et tant pis si cette référence ne plait pas à la péquena Azoury).

Kirsten (au talent de transformiste toujours incroyable - belle à croquer, elle se transforme en laideron le plan suivant) et Charlotte (incarnation de la douceur, la bienveillance et la normalité inquiète) sont magnifiques. Kiefer est désarmé. Et les tableaux pré-apocalyptique désarmant, en même temps qu'ils règlent le problème de la fin et désamorcent toute tentation Malickienne du toujours plus.

"Je dis seulement que je comprends Lars. Il n'est pas vraiment un brave type, mais je comprends beaucoup de lui et je sympathise un peu avec lui."

il y a 11 ans

103 j'aime

23 commentaires

Melancholia
TheScreenAddict
10
Melancholia

Monumental !

Jusqu'à présent, nous n'avions vécu la fin du monde au cinéma qu'à travers un nombre incalculable de films catastrophe, souvent outrancièrement spectaculaires, presque toujours issus des studios...

Lire la critique

il y a 11 ans

140 j'aime

29

Melancholia
Thaddeus
5
Melancholia

Le nombril de Lars

Comme souvent, il est difficile d'émettre un avis valide sur un film qui a été tant commenté, et qui a conquis dès sa sortie une très grande notoriété auprès du public cinéphile, y compris parmi ceux...

Lire la critique

il y a 10 ans

132 j'aime

15

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23

The Dark Knight Rises
Marius
4

Bane à ordures

Jusqu'alors DKR signifiait, pour le geek averti, Dark Knight Returns. Une oeuvre majeure dans la bibliothèque de Batman. Quelque chose d'adulte et de complexe. Tout ce que n'est pas TDKR. Qui n'est...

Lire la critique

il y a 10 ans

121 j'aime

130

The Artist
Marius
1
The Artist

La blague américaine

En terrain conquis. Le mec de "la Classe américaine" à Cannes? Ça clignotait de partout: ce film est fait pour moi. 5h34 plus tard (en réalité, le film est un poil moins long), j'avais l'impression...

Lire la critique

il y a 11 ans

106 j'aime

67

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23