"A Bittersweet Symphony" ou la verve de Lee Byung-Hun.

Attention, avant d'aller plus loin, quelques spoils (très légers cela étant) ci-dessous.

Le cinéma coréen n'en finit pas de me surprendre à mesure de mes découvertes. Cela faisait un bon moment que je voulais visionner ce film, et je dois dire que la première chose qui m'interpelle, c'est la qualité de la photographie: l'image est superbe! Eclairages, cadrage, Kim Jee-Woon sait définitivement tenir une caméra. Chaque plan semble millimétré, et ce souci du détail constant contribue à afficher une esthétique incroyablement cossue et réussie dans l'ensemble.

Les thèmes abordés ne sont certes pas nouveaux (vengeance, etc...), à plus forte raison chez nos amis coréens. Mais parfois en matière de cinéma, il suffit de rentrer dans le film, de se laisser porter. Lorsque cela se produit, on en oublie tous les petits détails qui d'ordinaire auraient été rédhibitoires, quitte à y songer par la suite, une fois la petite claque encaissée.
Alors, petites incohérences, légèreté ou facilités scénaristiques dans "A Bittersweet Life" ? Qu'importe ! Lee Byung-Hun crève tellement l'écran de sa classe, la musique ponctuant certains passages sonne si juste, les scènes d'action sont si pêchues, jouissives, et ingénieusement chorégraphiées, que l'impact est maximal.

Peut-être un petit regret concernant le traitement de la relation entre Sun Woo et Hee Su. C'est vraiment survolé, et cela peut être un frein à la bonne compréhension des motivations des uns et des autres. En effet, rapidement, on se retrouve devant un crescendo de violence, que d'aucuns taxeront de disproportionnée étant donné la simplicité apparente de la situation initiale. Et à vrai dire, on ne saurait leur en tenir rigueur. En ce qui me concerne, ce détail n'aura pas pour autant entaché mon expérience.

Ce que je retiens de ce "A Bittersweet Life", c'est qu'au rythme où je découvre de nouvelles perles de ce pays, je vais vraiment finir par établir une Corée-lation entre "cinéma coréen" et "divertissement de qualité".
Gothic
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les plus belles claques esthétiques et Les meilleurs films coréens

Le 9 février 2013

64 j'aime

15 commentaires

A Bittersweet Life
Gothic
8

"A Bittersweet Symphony" ou la verve de Lee Byung-Hun.

Attention, avant d'aller plus loin, quelques spoils (très légers cela étant) ci-dessous. Le cinéma coréen n'en finit pas de me surprendre à mesure de mes découvertes. Cela faisait un bon moment que...

il y a 10 ans

64 j'aime

15

A Bittersweet Life
Djokaire
7

A Bittersweet Movie

Punch. C'est le mot qui nous vient à l'esprit une fois que le générique défile devant nos yeux ébahis. Les noms apparaissent, disparaissent alors que l'on garde le même en tête : claque. Grosse...

il y a 9 ans

59 j'aime

24

A Bittersweet Life
Sergent_Pepper
6

La vengeance est un plat qui se réchauffe.

A Bittersweet Life fait partie de ces films qui devraient être, dans leur genre, vus en premier pour qu’on puisse les honorer entièrement ; désormais entouré de toute une multitude de comparses, il a...

il y a 7 ans

46 j'aime

4

Lucy
Gothic
2
Lucy

Tebé or not tebé

Nuit. Tisane terminée. Film terminé. Gothic ôte son casque à cornes pour s'essuyer la joue tant il pleure d’admiration. Nomé(nale) quant à elle s'empresse de fuir pour cacher ses larmes de...

il y a 8 ans

270 j'aime

53

Blade Runner
Gothic
10
Blade Runner

Le Discours d’un Roy

[SPOILERS/GACHAGE] Nombreux sont les spectateurs de "Blade Runner" à jamais marqués par le monologue final de Roy Batty, ce frisson ininterrompu le temps de quelques lignes prononcées par un Rutger...

il y a 9 ans

258 j'aime

62

Bienvenue à Gattaca
Gothic
10

Ah ! Non ! C'est un peu court, génome !

A la suite d'un "accident", Jérôme est en fauteuil. Devenu "semi-homme" pense-t-il, ce mytho contrit ressent le besoin de s'évader, tandis qu'à Gattaca, Vincent est las de jouer les majordomes. Ce...

il y a 8 ans

246 j'aime

39