👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Au début des années 2000, David Cronenberg est surtout connu pour ses films de science-fiction, d'horreur et de fantastique comme La Mouche ou Dead Zone. Avec A History of Violence, adaptation d'un roman graphique de DC Comics, le réalisateur canadien se lance dans un thriller pur marqué par la confrontation entre deux grands acteurs, Viggo Mortensen et Ed Harris.

Patron d'un restaurant dans une petite ville de l'Indiana, Tom Stall devient subitement une star dans les médias après avoir tué, en légitime défense, deux gangsters. Peu de temps après ces évènements, un homme dénommé Carl Fogarty entre dans le restaurant de Tom et l'appelle par un autre nom, Joey. Le passé de Tom éclate alors à la surface, éclaboussant sa femme et son fils.

La violence occupe une part importante du récit. Cronenberg n'use pas d'effets spéciaux, explosions et bagarres à rallonge afin de la maquiller en spectacle. Le réalisateur emploie une violence sèche, brutale et utilisée pour tuer. Une violence purificatrice pour Tom Stall qui ne désire qu'une seule chose, tirer un trait définitif sur son passé et reprendre sa vie paisible, caricature de l'américain moyen. Contrairement au tout avenant hollywoodien, les Marvel en tête, les conséquences de cette violence sont montrées tant sur le plan visuel qu'auditif. La caméra s'attardant sur un visage brisé, en sang, ne donne pas le même poids à la violence qu'un bref massacre de chair à canon.

L'identité du personnage principal est la ligne directrice du film. Ce conflit entre l'ancienne identité et la nouvelle, élément central du récit, est une réussite grâce à la double interprétation, frôlant la schizophrénie, de Viggo Mortensen. Jonglant entre les personnages de Tom et Joey, l'acteur passe du bon père de famille au tueur expérimenté avec une facilité déconcertante.

Passé à deux doigts de la Palme D'or, A History of Violence est une œuvre singulière. À l'image de son héros, le film possède une apparente simplicité trompeuse. Une idylle américaine rattrapée puise mis en charpie par une réalité que Cronenberg mettra en scène avec brio.

A History of Violence
Sergent_Pepper
7

Le coup dans l’escalier.

On sait l’acuité avec laquelle Cronenberg scrute les monstres tapis en nous, et le fait de s’attaquer à la cellule américaine la plus banale a évidemment quelque chose de tout à fait jouissif. Alors...

Lire la critique

il y a 6 ans

71 j'aime

4

A History of Violence
Vincent_Ruozzi
8

L'ombre du passé

Au début des années 2000, David Cronenberg est surtout connu pour ses films de science-fiction, d'horreur et de fantastique comme La Mouche ou Dead Zone. Avec A History of Violence, adaptation d'un...

Lire la critique

il y a 4 ans

53 j'aime

8

A History of Violence
Scarlett
8

Critique de A History of Violence par Scarlett

Ce qui arrive à Tom est une situation dans laquelle chacun peut reconnaître ses propres peurs : la violence et la mort débarquent au milieu de la petite vie bien réglée, bien honnête et surtout...

Lire la critique

il y a 11 ans

44 j'aime

1

Whiplash
Vincent_Ruozzi
10
Whiplash

«Je vous promets du sang, de la sueur et des larmes»

Whiplash est un grand film. Il est, selon moi, le meilleur de l’année 2014. Une excellente histoire alliant le cinéma et la musique. Celle-ci ne se résume pas à une bande son, mais prend ici la place...

Lire la critique

il y a 7 ans

186 j'aime

11

Mad Max - Fury Road
Vincent_Ruozzi
9

Sur les routes de Valhalla

Je viens de vivre un grand moment. Je ne sais pas si c’est un grand moment de cinéma, mais ce fût intense. Mad Max: Fury Road m’en a mis plein la gueule. Deux heures d’explosions, de fusillades et de...

Lire la critique

il y a 7 ans

181 j'aime

21

The Irishman
Vincent_Ruozzi
8
The Irishman

Le crépuscule des Dieux

Lèvres pincées, cheveux gominés, yeux plissés et rieurs, main plongée dans sa veste et crispée sur la crosse d'un revolver, Robert De Niro est dans mon salon, prêt à en découdre une nouvelle fois. Il...

Lire la critique

il y a 2 ans

149 j'aime

10