👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une respiration ouvre le film, une autre le referme.

Entre les deux, la course effrénée d'une mère célibataire en apnée, étouffée par les multiples existences qu'elle doit mener et (sup)porter seule.
Celle d'une femme de chambre de palace parisien à qui l'on donne trop de responsabilités et de tâches ingrates et qui rêve d'un emploi à la mesure de ses véritables compétences (ou pas) ; celle d'une travailleuse qui vit dans le Val-de-Marne, lointaine banlieue du sud-est devenue presque inaccessible lorsque les grèves et les révoltes sociales du pays paralysent les transports en commun ; celle d'une maman qui ne veut pas être absente pour ses enfants qui (la) réclament et qu'elle gâte comme elle peut, mais qui n'a pas le choix ; celle d'une femme qui ne peut pas compter sur son ex et qui ne sait plus séduire, quand elle ne doit pas seulement se protéger ; celle d'une postulante à une vie meilleure humiliée par une chasseuse de tête qui a le cynisme et l'ignorance de sa jeunesse confortable...

En empruntant au thriller le rythme haletant, la réalisation énervée, la B.O. palpitante et le crescendo d'une tension dramatique de plus en plus anxiogène et noire, et en s'appuyant évidemment sur l'énergie et l'interprétation de la toujours parfaite Laure Calamy, Eric Gravel signe un hommage impressionnant à ces femmes et ces hommes qui, chaque jour, se battent pour survivre.
Pour les leurs. Contre les autres.
Une demi-tonne de charge mentale à transbahuter à bout de bras que l'on n'a pas le droit de baisser.

A bout de souffle.

AlexandreAgnes
8
Écrit par

il y a 3 mois

4 j'aime

3 commentaires

À plein temps
6nezfil
7

Tout travail mérite galère

Du petit matin à tard le soir, Julie, l'héroïne de A plein temps, ne cesse de courir. C'est le prix à payer pour quelqu'un qui a choisi de vivre à la campagne, mère séparée avec enfants, et qui...

Lire la critique

il y a 4 mois

26 j'aime

2

À plein temps
EricDebarnot
8

Mergitur nec fluctuat

Depuis le temps que l’on dit et que l’on répète que le travail est l’un des plus beaux sujets qui soient, et que le cinéma, en particulier hollywoodien, évite de le traiter, c’est un bonheur de voir...

Lire la critique

il y a 3 mois

20 j'aime

2

À plein temps
Prince-Mychkine
9

Critique de À plein temps par Prince-Mychkine

Ce film est aussi génial qu'insoutenable. C'est typiquement le genre de film que j'aime aller voir au cinéma à sa sortie, déjà parce qu'un tel film gagne à être vu sur grand écran dans le noir, mais...

Lire la critique

il y a 3 mois

11 j'aime

Au revoir là-haut
AlexandreAgnes
9

On dit décidément MONSIEUR Dupontel !

La Rochelle, 26 juin. Jour de mon anniversaire et de l'avant-première de Au revoir là-haut en présence d'Albert Dupontel. Lorsqu'il entre dans la salle à la fin de la projection, le public...

Lire la critique

il y a 5 ans

52 j'aime

4

Mektoub, My Love : Canto uno
AlexandreAgnes
4

Si "le travelling est affaire de morale", ici le panoramique vertical est affaire de vice

Je n'accorde habituellement que très peu de crédit au vieux débat clivant qui oppose bêtement cinéma populaire et cinéma d'auteur (comme si les deux étaient deux genres définitivement distincts et...

Lire la critique

il y a 4 ans

48 j'aime

19

Arès
AlexandreAgnes
6
Arès

Ne pas jeter bébé avec l'eau du bain

Voilà un long métrage qui, en apparence, accumule les défauts : une erreur monumentale dans le choix de la date dès le carton d'ouverture (l'action se situe dans un Paris post-apocalyptique...

Lire la critique

il y a 5 ans

39 j'aime